CDN, fin du bras de fer entre l’état et la Métropole de Montpellier

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano succéderont à Rodrigo Garcia à la direction du CDN de Montpellier. photo dr

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano succéderont à Rodrigo Garcia à la direction du CDN de Montpellier. photo dr

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano ont été nommés mardi à la direction du CDN de Montpellier par la ministre de la Culture Audrey Azoulay en dépit du soutien du président de la métropole Philippe Saurel à Jean Varela.

Après un mois de tractations autour des deux derniers candidats à la succession de Rodrigo Garcia à la direction du CDN, la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a levé mardi le suspense en nommant Nathalie Garraud et Olivier Saccomano à la tête du Centre dramatique national. Jean Varela le directeur de sortieOuest à Béziers et du Printemps des Comédiens, le second festival de théâtre en France -?pour sa programmation et sa fréquentation?- après celui d’Avignon, n’a pas remporté le suffrage de la ministre. Cela, malgré le soutien et la pugnacité de Philippe Saurel qui est monté lundi de Pâques défendre le dossier rue de Valois. «?J’attache beaucoup d’intention positive au théâtre, une discipline majeure de la culture et de la démocratie. J’ai un projet ambitieux pour le théâtre dans la Métropole?», a fait savoir le maire de Montpellier hier, lors d’une conférence de presse convoquée avant que ne tombe le communiqué de la ministre. «?J’ai souhaité faire valoir l’idée d’une structure unique pour le théâtre à Montpellier à l’instar du MoCo pour les arts plastiques. Mme Azoulay a tenu sa position à quelques jours de sa descente en charge dans ses fonctions. Je trouve la démarche fort peu élégante. Je n’ai rien contre Nathalie Garraud et Olivier Saccomano et maintiendrai le soutien financier que porte la Métropole au CDN?», indique beau joueur Philippe Saurel. Les autres tutelles que sont la Région et le Conseil départemental, qui vient de concéder une partie importante de sa compétence culturelle à la Métropole, n’ont pas porté de voix prépondérante dans ce dossier où l’Etat demeure traditionnellement le décideur.

Question de responsabilité

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano ont présenté «?un projet de théâtre en prise avec son époque autour d’auteurs en résidence et d’auteurs-metteurs en scène?» et «?ouvriront le théâtre à de nouveaux publics, en allant au devant de la population à Montpellier, dans la métropole et dans toute la région?», précise Audrey Azoulay dans son communiqué. Jean Varela qui s’est aussi beaucoup impliqué dans ce projet souhaite pour sa part «?bonne chance aux nouveaux directeurs. J’ai été heureux d’être en finale. Cela m’a permis de requestionner les choses dans le nouveau schéma de la loi NOTRe. En construisant ce dossier, j’ai beaucoup appris, au travers des rencontres, comme lors de la défense devant le grand jury, ce travail me servira.?» Ce que confirme Philippe Saurel qui compte sur les compétences du Directeur du Printemps des Comédiens pour mettre en oeuvre un projet coordonné autour du théâtre. «?Jean Varela, permettra au Département et à la Métropole qui ont passé un accord, d’assurer avec intelligence la transition.?»

En d’autres termes le choix de la ministre ne signifie pas un coup d’arrêt pour les ambitions théâtrales métropolitaines. Le président a affirmé hier sa déception de ne pouvoir aller plus loin mais il s’est engagé à ne pas prendre la culture en otage. Le différend relève d’une confrontation inédite entre l’Etat et la Métropole dans le secteur culturel en partie induite par la loi NOTRe. «?Nous avions la possibilité de nous entendre sur un positionnement un peu nouveau?», regrette Philippe Saurel. Mais l’Etat qui ne cesse de reculer en matière de financement, n’a rien voulu concéder en matière d’accès à la création théâtrale pour tous les publics. Ce qui ne se limite pas à savoir bien remplir une jauge.

Pour y parvenir Nathalie Garraud et Olivier Saccomano souhaitent entre autre positionner la Métropole de Montpellier au cœur d’un projet de Biennale des arts de la scène en Méditerranée. Rendez-vous est donc donné en janvier 2018…

JMDH

Source La Marseillaise 19/04/2017

Voir aussi ;   Rubrique Politique culturelle, rubrique Théâtre, rubrique Festival,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>