Angélica Liddell l’étincelle amoureuse

Tandy.

url« Si je ne travaillais pas avec ce qu’il y a de violence en moi, je tirerais des coups de feu dans la rue. »

Invitée par le présumé provocateur Rodrigo Garcia, la présumée sulfureuse Angélica Liddell est venue présenter Tandy à hTh. Troisième volet du cycle des résurrections faisant suite à You Are My Destiny (le Viol de Lucrèce) et Epître de Saint-Paul aux Corinthiens, Tandy s’inspire d’un chapitre du roman Winesburg Ohio de Sherwood Anderson relatant l’étincelle amoureuse dans le sens baudelairien de l’amour : « ce mal nécessaire qui nous met en contact avec notre être primitif », expliquera Angélica à la Panacée.

On convient que le ton moral et la narration non conventionnelle d’Angélica Liddell éveille les sens autant qu’il peut les tenir dans une froide distance. Pourtant, la scénographie soigneusement baroque tourne autour d’une unité simple, et qui plus est commune aux judéo-chrétiens : l’attente d’un miracle devrait rassembler. Ce n’est pas Godot mais qu’importe après tout, si les bouteilles remplacent les cierges dans ce nouveau rituel où un alcoolique révèle la destinée d’une fille de 7 ans.

« Le blasphème ne m’intéresse pas, confie Angélica, ce qui m’intéresse, c’est l’hérésie qui transperce le sacré. » Un peu comme l’amour en somme.

JMDH

Source : La Marseillaise : 04/05/2015

Voir aussi : Rubrique Théâtre, rubrique Montpellier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>