Montpellier : Le retour des « Guitar Heroes » à tous vents.

Al Di Meola le 13 octobre au Rockstore

Les Internationales de la guitare, IG pour les familiers, figurent à Montpellier et dans l’Agglo comme le festival musical de la rentrée. La 16e édition qui se tiendra du 24 septembre au 15 octobre répond aux principes fondateurs de cette manifestation. Le cocktail artistique original  du directeur Talaat El Singaby fait recette. Il se compose d’une ouverture sur le monde tirée par des grandes pointures de l’instrument à six cordes relayé par une armée de petites mains. Ajoute un souci d’éclectisme qui associe des origines très diverses (treize pays sont représentés cette année) et une redistribution qui casse le cloisonnement des genres. Classique, rock, jazz, flamenco, blues, musique tzigane, world… se côtoient à l’affiche des IG avec la volonté affichée de cohérence. Autour des grands concerts, 24 cette année, le festival propose une myriade de concerts et manifestations associées. Le programme 2011 compte près de 300 propositions, réparties dans quatre départements de la Région concernant 19 communes de l’Hérault, et dix sept villes de l’agglo.

Pour bien marquer son implication territoriale, samedi 24 septembre, l’ouverture des  IG aura lieu simultanément avec le swing manouche de Sanseverino au théâtre municipal de Mende, un concert de l’ex chanteur de Louise Attaque, Gaetan Roussel à Aigues-Mortes et la présence exceptionnelle de l’Irlandais Neil Hannon de The Divine Comedy au Corum de Montpellier.

Des concerts pour tous

Talaat El Singaby souligne la place que le festival accorde à la création citant le duo flamenco  Chicuelo et Duquende, accompagné pour l’occasion par le danseur Maria Del Mars Fuentes, 5 musiciens et un chanteur (le 25 septembre à Sérignan, La Sigalière), ou encore le trio Renan Luce, Alexis HK et Benoît Dorémus réunis pour une aventure éphémère (le 4 oct au Corum). L’épisode III de Opéra Rom est programmé au Corum le 1er octobre afin d’explorer en profondeur « tous les paroxysmes de la musique tzigane » en compagnie de grands professionnels du genre.

On peut citer aussi  Paco Ibanez qui chantera Brassens  à Lunel (le 30 septembre), Elliott Murphy au chai du Terral de Saint-Jean de Védas  le 6 octobre, John Scolfield  dans le nouvel Espace Lattara à Lattes, le 7 octobre. Le Rockstore qui s’apprête à souffler ses 25 bougies, accueillera notamment : Catherine Ringer (11 octobre), Saul Williams (12 octobre), Al di Meola (13 octobre).  Le réseau des Maisons pour Tous ainsi que certaines associations de quartier relaieront les IG au quatre coins de la ville, les médiathèques feront de même dans l’Agglo. On entend déjà les bruits de fond, la machine s’apprête à faire sonner ses moteurs à grands coups de larsens contrôlés.

Rens : Programmation 04 67 66 36 55 ou www.les-ig.com

Billet. L’ambiance des grands jours.

Couvert d’éloges pour son parcours atypique à la tête des IG, le frêchiste Talaat El Singaby affirme la cohérence de son projet. 

Talaat El Singaby

Il y avait du beau monde pour la présentation des IG 2011, mercredi. Artistes, partenaires économiques et médiatiques, acteurs culturels, emplissaient la salle de réception de la Maison des relations internationales de la ville pour cette rencontre protocolaire accessoirement baptisée conférence de presse. Cette présence immédiate à laquelle les journalistes n’ont pas vraiment accès pour exercer leur métier, les plongent parfois dans des visions oniriques intenses. Au côté de Philippe Saurel qui inaugurait ses nouvelles fonctions municipales en tant que délégué à la culture, le directeur Talaat El Singaby jubilait intérieurement de cette pleine reconnaissance. Il est en effet rarissime pour une structure associative d’accueillir à sa table l’ensemble des institutions culturelles que compte la décentralisation. Mais au-delà des répercutions en terme de financements croisés qui abondent et valident le projet, après un été mouvementé*, la plus grande satisfaction a sans doute été symbolique pour cet homme de réseau. On n’a finalement très peu parlé  d’organisation, de politique culturelle ou de programmation artistique  au cours de cette présentation. On s’est en revanche étendu sur les mérites, l’adhésion du public et la cohérence de la démarche.

« Les IG cultivent les traits qui ont fait sa marque de fabrique. Mais elles cultivent davantage leur mutation perpétuelle en prenant de court les accélérations flagrantes qui bouleversent notre monde , y compris  les arts et la culture. Elles cultivent la continuité et la rupture», affirme le directeur du festival à l’adresse du public. Ce qui replace la notion de cohérence dans une vision de confort, non dans la confrontation à un besoin concret ou exprimé, mais dans l’idée ou dans la perception qu’on s’en fait. Le directeur des IG se compte parmi les héritiers de Frêche. Il cite Nietzsche : « Je compte mes privilèges au nombre de mes devoirs ». Est-il pour autant un authentique héritier du prophète de « la mort de Dieu »  qui a cassé les systèmes ?

Jean-Marie Dinh

* En juillet, le Conseil des prud’hommes condamne l’association Confluence qui gère le personnel des IG pour non paiement d’heures supplémentaires et rupture anticipée du CDD d’une salariée. En Août, Talaat El Singaby reçoit la distinction honorifique de Chevalier des Arts et des lettres des mains du ministre de la Culture.

Voir aussi :  rubrique Musique, rubrique Montpellier Culture : Le bilan Koering, Les grandes expos à ne pas manquer en ville, rubrique Festival,   Festival de Radio France, Koering : Le public est devenu connaisseur,  rubrique Politique culturelle, rubrique Politique locale, On line Montpellier Journal IG : 390 000 euros de subvention et des interrogations ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>