Montpellier : Les grandes expos à ne pas manquer en ville

Richard Peter, Dresde 1945.Arts. Redon, Garouste, Brassaï, trois grandes pointures illuminent l’été 2011 de Montpellier proposant un itinéraire artistique de choix

Gérard Garouste bat tous les records au Carré St Anne avec plus de 30 000 visiteurs. Attirés par une programmation d’été exceptionnelle, les amateurs d’art (re)découvrent, l’œuvre majeure du peintre français contemporain dont l’une des toiles orne le plafond de l’Elysée. Le Carré St Anne propose notamment  La Dive Bacbuc, une arène fermée de 6 mètres de diamètre. L’installation qui s’inspire de Rabelais renferme des secrets pour sortir des dogmes. En parallèle, à l’œuvre de Garouste, il faut se rendre à la Galerie St Ravy qui expose les travaux de La Source. Une fondation créée par l’artiste pour sensibiliser les enfants issus de milieux sociaux défavorisés à l’art avec le concours d’artistes reconnus. La ville prolonge les deux expos jusqu’au 23 octobre.

Redon « Le Prince du rêve »
L’artiste du mystère et du subconscient Odilon Redon fut surnommé « Le prince du rêve ». L’image sied si bien au peintre symboliste qu’elle donne aussi  le titre à  la grande expo que lui consacre le Musée Fabre, en décentralisant celle du Grand Palais. Cette redécouverte éclaire d’une lumière nouvelle l’œuvre très riche de l’artiste charnière. Plusieurs conférences permettent d’affiner son approche jusqu’au 16 octobre. La prochaine tournera autour de l’usage que fait Redon du pastel (1). L’exposition offre une occasion rarissime d’admirer sa technique.

Le 6 octobre prochain le Musée Fabre poursuit ce passionnant rapprochement entre arts et littérature en accueillant l’exposition : Gallimard, 1911-2011 : un siècle d’édition, qui a quitté la BnF début juillet.

Dans la foule de Brassaï

L’exposition Brassaï en Amérique, 1957 inaugurée le 16 juin au Pavillon Populaire, a déjà suscité l’intérêt de 23 560 visiteurs. C’est une première mondiale, placée sous le commissariat d’Agnès De Gouvion Saint-Cyr. Elle rend compte du travail effectué par le photographe Brassaï lors de son séjour en Amérique en 1957. Aucune de ces images n’a été exploitée du vivant de l’artiste. Une véritable découverte à faire à Montpellier avant que l’expo ne parte courir le monde. Gratuite, elle propose 50 images en couleur et 110 tirages d’époque en noir et blanc.

Apocalypse urbain
Après Brassaï en Amérique, 1957, le Pavillon Populaire accueillera du 11 novembre 2011 au 12 février 2012, l’exposition « Apocalypses, la disparition des villes, de Dresde à Detroit (1944-2010) ». Cette exposition sera inaugurée le jeudi 10 novembre 2011 à 19h. C’est Alain Sayag qui a été choisi par Gilles Mora pour être le commissaire invité de cette 3ème exposition présentée dans le cadre de la programmation 2011 centrée sur la photographie urbaine. « Nos villes, emblèmes de la modernité, sont des organismes fragiles, elles sont mortelles mais ce sont les hommes plus souvent que la nature qui les ont détruites au cours de l’Histoire. La photographie, depuis sa naissance à enregistré ces tragédies. »

Si Montpellier n’a jamais brillé pour ses propositions en matière d’arts plastiques, la ville mène depuis ces dernières années une politique ambitieuse qui commence à porter ses fruits. Espérons que ce travail se poursuive pour le plus grand plaisir des visiteurs et de la population.

Jean-Marie Dinh

(1) Redon et le Pastel, conférence animée par Jérôme Fanigoule, le 15 septembre prochain, à 18h au musée, entrée libre
(2) Alain Sayag a été conservateur pour la photographie au Centre Georges Pompidou durant plus de trente ans.
Richard Peter, Dresde (1945). A partir du 11 novembre au Pavillon Populaire

Voir aussi : Rubrique  Exposition, Rubrique Montpellier,

Une réflexion au sujet de « Montpellier : Les grandes expos à ne pas manquer en ville »

  1. UNE PARTICULIÈRE ATTENTION

    Galerie Saint Ravy – Montpellier

    VERNISSAGE lundi 5 décembre de 18h30 à 22h.
    Exposition ouverte tous les jours du mardi 6 au mardi 13 décembre 2011 inclus, de 13h à 19h.
    ENTRÉE LIBRE

    Avec Vincent Betbeze, Laura Bru, Damien Charamel, Guillaume Combal, Sébastien Duranté, Cyril Hatt, Andréanne Hudon, Ève Maillot, Frédéric Martel, Audrey Martin, Jérôme Romain.

    11 artistes proposent spécialement pour l’espace de Saint Ravy des œuvres prenants pour socle commun différents affects de la sexualité. S’ils s’interrogent sur ce sujet avec véhémence, c’est parce-que la multitude des formes que celui-ci suggère prend tout son sens lorsqu’il est empreint d’intensité. Bien que transitoire, ce contexte d’exposition est en fait un moyen de faire perdurer une réflexion qui ferait naître toutes les attentions chez ceux qui regardent. En l’occurrence ici, le public face aux mythologies « à caractère » que ces artistes nous donnent à voir. D’emblée, il semble essentiel de signaler que peut-être le meilleur chemin à suivre jusqu’à elles est de prendre le contre-pied des pensées qui obstruent la particularité de nos corps composés d’organes jouissants. Pour Antonin Artaud « l’homme est malade parce qu’il est mal construit. Il faut se décider de le mettre à nu pour lui gratter cet animalcule qui le démange mortellement, dieu, et avec dieu ses organes. Car liez-moi si vous le voulez, mais il n’y a rien de plus inutile qu’un organe. Lorsque vous lui aurez fait un corps sans organes, alors vous l’aurez délivré de tous ces automatismes et rendu à sa véritable liberté ». Ainsi, il est évident qu’Artaud aurait détesté cette exposition ! [...]

    Commissariat : Bertrand Riou

    Informations : +33 (0)6 26 37 39 22 / riou.bertrand@gmail.com

    // Vernissage : apéritif offert //

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>