Le sociologue Laurent Mucchielli infirme la montée supposée de la délinquance des mineurs.

Photo David Maugendre

" Ce qui frappe ce n'est pas le comportement des jeunes, c'est le désemparement des adultes autour d'eux. "Photo David Maugendre

Laurent Mucchielli, sociologue, historien, et directeur de recherche au CNRS vient de diriger un programme de recherche sur la violence des jeunes qui offre une grille de lecture éclairante sur l »évolution de ce phénomène de société.

Sur quels éléments s »appuie votre travail de recherche ?

«  Sur un dépouillement important de dossiers judiciaires. Durant un an, nous avons dépouillé 557 dossiers de mineurs jugés au tribunal de Versailles pour des faits de violence. A cela s »ajoute un travail statistique sur les données administratives de police et de justice ainsi que sur des données d »enquêtes publiques et une comparaison historique.

Cette démarche vous a-t-elle permis de distinguer une nouvelle forme de délinquance des jeunes ?

Ce fait est constamment martelé dans le débat public avec l »idée d »une évolution supposée des jeunes eux-mêmes. Il y aurait plus de délinquants, plus jeunes et plus violents, ce qu »infirment nos recherches. Globalement, on retrouve en 2005 la même proportion de mineurs impliqués dans des faits de délinquance physique ou sexuelle que quinze années plus tôt. En revanche, beaucoup plus de mineurs sont poursuivis pour des choses moins graves qui peuvent aller jusqu »à la bagarre de cour de récréation d »enfants de dix ans, voire moins, ou des petits attouchements sexuels entre préadolescents qui sont proches de ce qu »on appelait les touche-pipi. Les faits ne sont pas nouveaux, ce qui est nouveau c »est qu »aujourd »hui, ils sont poursuivis. Lorsque l »on met tout cela bout à bout, l »hypothèse principale confirmée par les statistiques est que le changement majeur ne relève pas du comportement des jeunes mais de la façon dont les adultes le gèrent.

Assistons-nous à une évolution de la délinquance des jeunes ou à celle de la répression ?

Ce qui se transforme le plus dans la société ce n »est pas le comportement des jeunes. La forme la plus fréquente que peut être le recours à la police et à la justice reflète une forme d »échec ou d »impuissance des adultes alors même que l »on pourrait réfléchir autrement en tentant de retrouver des formes de cohésion et de solidarité locales pour prendre en charge et contrôler les déviances de la délinquance des adolescents qui, par ailleurs, ont toujours existé et continueront d »exister.

Le statut de la violence a-t-il changé ?

Il a évolué. Nous vivons dans une société qui ne tolère plus la violence et qui ne lui reconnaît plus de sens. Notre seuil de tolérance s »effondre. Nous dénonçons aujourd »hui ce que nous ne dénoncions pas jadis. Une autre transformation affecte les modes de solidarité entre les adultes. Comment se fait-il qu »une bagarre entre enfants de 8 à 10 ans se retrouve devant un juge ? Autrement dit, comment se fait-il qu »il n »y ait pas eu d »intervention d »autres acteurs en amont pour régler cette affaire ? Ce qui frappe le plus ce n »est pas le comportement des jeunes, c »est plutôt le désemparement des adultes autour d »eux.

Comment l »expliquer ?

L »évolution de nos modes de vie urbains, de plus en plus anonymes, se généralise et transforme nos comportements en profondeur. Le développement dans l »habitat résidentiel s »accompagne du délitement de liens sociaux de proximité. Plus les gens sont seuls, plus ils sont démunis pour gérer l »incident. A cela s »ajoute le vieillissement de la population qui explique la juridiciarisation.

Que font les politiques ?

Les politiques croient, ou feignent de croire, que l »on va résoudre les problèmes sociaux en no deposit online casinos produisant des lois. Une croyance dommageable, parce qu »elle est totalement illusoire et se pose comme une solution de facilité qui laisse à penser que le problème est réglé et donc joue contre toutes les réflexions pour faire évoluer les politiques de prévention et de sécurité.

L »Observatoire de la délinquance vous semble-t-il un outil fiable ?

Mis en place en 2004, sous tutelle du ministère de l »Intérieur, il devrait prochainement passer sous celle du Premier ministre, mais cela demeure un organisme dont les dirigeants sont nommés par le pouvoir politique. Dans la relation qu »il entretient avec le milieu de la recherche, l »Observatoire de la délinquance conduit une politique qui consiste à s »approprier les outils de recherche.

De quelle manière ?

En cassant la continuité des outils que l »on avait jusque-là pour en créer d »autres dont il détient le monopole. Cette stratégie s »est notamment déployée sur les grandes enquêtes créées par les chercheurs qui permettaient de construire des séries et d »avoir une alternative aux statistiques de police.

Vous vous êtes intéressé aux auteurs de violence…

Les comportements délinquants des jeunes peuvent provenir de tous les milieux sociaux sous forme de ce que l »on appelle la délinquance initiatique : la bagarre, le vol dans un magasin… Ce que la majorité d »entre nous a fait au moins une fois dans sa vie. Cela n »a rien d »exceptionnel et c »est important à souligner dans un contexte de tolérance zéro, qui tente de faire disparaître tous les problèmes. Cela dit, on observe que la petite partie d »adolescents qui fait des bêtises à répétition se concentre dans les milieux populaires. On retrouve cela aujourd »hui comme c »était déjà le cas à l »époque des blousons noirs dans les années 60. Dans les caractéristiques que nous avons listées, il y a un chapitre intitulé Enfants de migrants… vivant dans un quartier d »habitat social, parce que le critère, c »est le milieu populaire et le quartier d »habitat social et pas la couleur ou l »origine des gens qui y habitent.

Pourquoi est-ce que les parcours délinquants sont liés aux milieux populaires ?

Nous avons pointé un certain nombre de problèmes sur cette question dont le principal est l »échec ou la marginalisation scolaire. Le principal critère de fragilité est là. C »est évidemment à partir de ces facteurs de fragilité et de risque que l »on pourrait réfléchir à des politiques de prévention et de sécurité beaucoup plus opérantes.  »

Recueilli par jean-Marie Dinh

La violence des jeunes en question, Champ social éditions, 15 euros

Voir aussi : Rubrique société statistiques de la délinquance dans l »Hérault, rencontre avec un superflic, Education nouvelle plainte des parents contre le fichier base élève, Justice droits de l »enfant en France, Affaire Villiers-le-Bel, Médias Médias Banlieue et représentations

Une réflexion au sujet de « Le sociologue Laurent Mucchielli infirme la montée supposée de la délinquance des mineurs. »

  1. Merci pour cet excellent article. Les analyses de Laurent Mucchielli sont pertinentes. Mais sa déduction « peut-être le recours à la police et à la justice reflète une forme d’échec ou d’impuissance des adultes ».me semble très insuffisante. Le discours actuel du Pouvoir Public en Occident via les medias est dirigé vers les adultes. Et ceci me semble plutôt avec l’objectif de les infantiliser, par des pseudo-réalités, afin qu’ils soient de ‘bons citoyens’ sages et obéissants..

    …pendant que les ‘ vrais’ adultes chassent à courre à Chambord par exemple.

    Pouvez vous faire passer cette remarque à Laurent Mucchielli ?

    Salutations,

    Jacques Décoret

    retraité (CDC) .. au Brésil où les chasses se déroulent principalement aujourd’hui dans les favelas de Rio de janeiro ou de SaoPaulo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>