Radio France. Le Domaine d’O quartier jazz du festival

Radio France. Le programmateur Pascal Rozat évoque les orientations de la programmation et l’accueil attentif d’un large public.

rozatLe volet jazz du festival de Radio France propose une riche sélection qui fait le bonheur des festivaliers tous les soirs à l’Amphithéâtre du Domaine D’O. A un peu plus de la mi-parcours Pascal Rozat, qui a pris la programmation en charge cette année, tire les premiers enseignements : « La singularité du festival , c’est ce lieu vraiment magique du Domaine d’O où les gens viennent souvent pique-niquer avant les concerts et la gratuité qui permet à un public très large de se laisser aller à la découverte, sans prendre de risque

Si l’on se fie à la fréquentation, déjà plus de 12 000 personnes depuis le début du festival, le public répond positivement à la proposition. Le jeune journaliste à Jazz Magazine connaît son affaire même si le défit d’élargir le Jazz à l’espace public ne coule pas de source.

« J’ai constitué la programmation sur la base de la qualité. Cela dit, il existe aujourd’hui beaucoup de bons musiciens et de bonnes musiques. Et on a, pour le moins, l’embarras du choix. J’ai privilégié les groupes disposant d’un bon contact avec le public. Ce qui n’a rien à voir avec le genre musical car ce rapport peut s’établir de différente manière comme on a pu le voir avec le show de la formation suisse d’Andreas Schaerer ou encore avec David Enhco Quartet dans une atmosphère beaucoup plus intime, presque pudique.» La programmation met clairement  en valeur la scène française tout en ouvrant le champ à la scène montpelliéraine avec des groupes comme,  Modern Times Quintet ou encore le Grand Ensemble Koa.

« La programmation est effectivement française avec des projets ouverts sur les autres cultures, indique Pascal Rozat comme le Gypsy Eyes, trio de Louis Winsberg qui marie avec générosité le jazz et le flamenco manouche, le jazz Vaudou de Jacques Schwarz-Bart qui puise dans les racine de Haïti ou la musique aux multiples saveurs du saxophoniste guadeloupéen Georges Troupé, Sonny qui clôturera le festival vendredi 24 juillet

Le jazz hermétique a semble-t-il vécu et les propositions purement instrumentales peinent à élargir un public de niche. A l’image de cette édition, la tendance actuelle est de proposer au public une musique qui croise les influences et sorte du format chanson habituel.

« Il y a finalement pas mal de chanteurs ou plutôt de vocalistes dans la programmation jazz de cette année,  4 sur 10 concerts: Andreas Schaerer, Celia Kameni avec le big band, la Haïtienne Moonlight Benjamin avec Jacques Schwarz-Bart, et enfin Leila Martial qui sera sur scène demain. Mais pour la plupart, notamment Andreas et Leila, ce sont des musiciens qui utilisent leur voix comme un instrument, pour aller au-delà de la simple chanson.»

De quoi éveiller notre curiosité et aller profiter de ces belles découvertes.

JMDH

Source : La Marseillaise 22/07/2015

Voir aussi : Rubrique Festival, rubrique Musique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>