Fiest’ A Sète : La secousse Staff Benda Bilili

La générosité du cœur et le rythme au ventre.

Entre l’épidémie de choléra qui sévit en RDC et celle de la corruption qui gangrène le pays, tout porterait à penser que le moral est au plus bas dans le royaume dit démocratique de Joseph Kabila. Lundi, dans un Théâtre de la mer archi comble, la soirée de musique congolaise de Fiest’A Sète réunissait les deux rives du grand fleuve. Elle a offert au public captivé une belle leçon de savoir-vivre. Les deux groupes invités, Zao (Congo Brazzaville) et Staff Benda Bilili (Congo Kinshasa), cultivent l’esprit d’une joie communicative, celle que l’on tire simplement de se trouver en vie…

En ouverture le groupe Zao devait donner le « la » d’une soirée qui s’annonçait bien colorée. Entouré de jeunes musiciens, le charismatique Casimir Zoba chauffe le public à petit feu assez peu soutenu par une rythmique un peu basique, hormis le percussionniste dont l’expérience tempère les plaqués métalliques des synthés. On se prend parfois à regretter la présence des cuivres… La soixantaine passée, Casimir tient toujours la scène, sa reprise de Ancien Combattant, titre de son premier tube antimilitariste créé en 1984, s’avère toujours d’actualité comme pour rappeler la violence  figée d’Afrique centrale. On retrouve avec bonheur la patte provocatrice du chanteur avec le titre « Moustique » qui figure sur l’incontournable compile de l’édition 2011 du festival.

Changement de rive et de rythmes avec l’arrivée de Staff Benda Bilili. L’histoire de  cet orchestre de rue du Congo Kinshasa débute en 2005. Dans la perspective des premières élections démocratiques tenues depuis les années 60, le groupe formé de musiciens atteints de poliomyélite dans leur jeunesse, crée la chanson « Allons voter » qui fait un tabac dans tout le pays. Suit le film Benda Bilili réalisé par leurs producteurs, Florent de La Tullaye et Renaud Barret qui est présenté à Cannes en 2010. Dans la foulée paraît le disque « Très très fort » qui consacre le groupe en Europe.

Ce que l’histoire ne dit pas c’est la force scénique du groupe. Staff Benda Bilili diffuse toute la subtilité de la musique congolaise qui intègre la musique traditionnelle, la rumba et des sources afro cubaine, dans un cocktail ahurissant qui mêle l’énergie puissante du funk et du rythme’ n blues. Leur soukous (déformation du mot secousse) généreux emporte tous les suffrages. Staff Benda Bilili soutient que le handicap est principalement psychologique, il suffit de les voir pour s’en convaincre. Sur scène le groupe s’impose comme une grande figure de la world music à ne pas manquer.

Jean-Marie Dinh

Fiest’A Sète : La virée Africaine se poursuit ce soir au Théâtre de La mer sur le rythme de l’Afrobeat  avec le ghanéen Ebo Taylor et Seun Kuti,

Voir aussi : Rubrique Musique, Ethiopie Mahmoud Ahmed, rubrique Festival, Fiest’A Sète, La secousse Belili, rubrique, Rencontre, Mory Kanté, Seun Kuti, rubrique Afrique, La Françafrique se porte bien, rubrique RDC, Joseph Kabila, Mobutu light ?, rubrique Congo Brazaville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>