Israël : dans les Territoires, la spoliation s’accélère

Un Palestinien protestant contre la colonisation, près du village de Deir Qaddis (Cisjordanie), le 13 juillet.? Photo Mohamad Torokman. Reuters

Un Palestinien protestant contre la colonisation, près du village de Deir Qaddis (Cisjordanie), le 13 juillet.? Photo Mohamad Torokman. Reuters

Après dix ans de procédure, des Palestiniens expulsés par des colons à Amona ont obtenu gain de cause. Mais l’extrême droite entend faire voter une loi qui légaliserait les expropriations.

Imaginons que des gens s’installent sur un terrain ne leur appartenant pas en exhibant de faux titres de propriété, qu’ils y construisent des maisons et qu’ils refusent de s’en aller malgré une décision de Cour suprême leur enjoignant de le faire. Tout ça, avec l’accord d’un gouvernement qui ­déploie une énergie folle pour les aider à contourner la décision judiciaire. Incroyable?? Pas en Israël. Du moins, pas dans les territoires ­occupés par ce pays puisque c’est bien en Cisjordanie, sur des terres privées appartenant à des villageois ­palestiniens de Silwad, de Taybeh et d’Ein Yabroud, qu’a été créée en 1995 la ­petite colonie d’Amona comptant aujourd’hui une quarantaine de famille (200 personnes).

Soutenus par l’ONG israélienne de défense des droits de l’homme Yesh Din, une ­dizaine de propriétaires ­palestiniens qui réclamait la restitution de leur patrimoine ont, au terme de dix ans de procédure, obtenu gain de cause devant la ­justice de l’Etat hébreu.

Dépouillés

Mais les ­colons n’en ont cure?: ils refusent d’appliquer l’arrêt de la Cour suprême leur ­ordonnant d’évacuer avant le 25 décembre. C’est pour ­contourner cet arrêt que le parti ­d’extrême droite «Foyer juif», ainsi que la plupart des députés du Likoud (le parti de Binyamin ­Nétanyahou) promeuvent un projet de «loi de régularisation» permettant de «blanchir» la ­spoliation des terres privées palestiniennes par les colons.

Le texte, dont l’examen par la Knesset a débuté mercredi, a été adopté en première lecture. Il prévoit en substance que les Palestiniens spoliés ne pourront plus s’adresser à la justice ­israélienne pour récupérer les ­terres dont ils ont été dépouillés. Celles-ci seront ­considérées comme expropriées, moyennant une indemnité pouvant atteindre 125?% de la valeur du bien ou un lopin équivalent.

Certes, la nouvelle loi ne «blanchira» pas Amona ­puisque le cas de cette colonie a déjà été jugé et que la régularisation ne peut être ­rétroactive. En revanche, elle ­protégera les nombreuses autres colonies de Cisjordanie, ainsi que des parties de colonies érigées dans les m­êmes circonstances. Soit, 55 «avant-postes» (des petites colonies créées sans l’accord de l’Etat hébreu) et 4?000 logements.

Paradoxalement, Nétanyahou n’est pas très favorable à la «loi de régularisation». Parce qu’elle lui a été ­extorquée par le Foyer juif et par la frange la plus extrémiste des députés du Likoud, mais également parce que le procureur général de l’Etat, ainsi que le conseiller juridique de la Knesset, ­estiment que ce texte est «contraire au droit». Donc, qu’il risque d’être retoqué par la Cour suprême. En outre, ­Nétanyahou redoute les suites diplomatiques et les ­condamnations internationales que le vote de la nouvelle loi pourrait entraîner. Il n’exclut pas non plus que l’Autorité palestinienne saisisse la Cour pénale ­internationale et que lui et ses ministres soient ­contraints de lui rendre des comptes.

Bobard

Mais les colons et le Foyer juif n’en n’ont cure. Pour l’heure, ils jubilent. «Certes, notre victoire n’est pas complète puisque nos ­frères d’Amona devrons s’installer ailleurs mais, dans l’ensemble, cette loi de régularisation change le visage de la colonisation tel que nous le connaissions depuis cinquante ans, fanfaronne Bezalel Smotrich, un colon de Beit El qui est également le député le plus actif du Foyer juif. Ce texte est important parce qu’il supprime des obstacles au retour du peuple juif sur la terre que Dieu lui a donnée. En fait, il pave la voie à l’annexion d’une partie de la Judée-Samarie [la Cisjordanie, occupée, ndlr]. C’est notre prochaine étape.» Contacté par téléphone, Smotrich semble en tout cas se moquer des réactions internationales à cette «régularisation». «Ce n’est pas le sujet», tranche-t-il. Quant au fait que des Palestiniens soient spoliés, il affirme qu’il s’agit d’un bobard?: «Ces terres n’ont jamais été occupées par personne, qu’est-ce qui prouve que ces gens-là en sont propriétaires ?? Tout ça, c’est bidon. Il s’agit d’une fausse affaire montée artificiellement en épingle par des ONG gauchistes afin de nous discréditer.»

De leur côté, les colons d’Amona, appuyés par des centaines de sympathisants d’extrême droite venus de tous les coins d’Israël, promettent d’accueillir «comme il se doit» les 3?000 policiers, gardes-frontières et agents du Shabak (Sûreté générale) chargés de les déloger avant la fin du mois.

 

Source : Libération 07/12/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>