Au Liban, une année sans président

4640001_3_fe4b_l-hemicycle-vide-du-parlement-libanais-le-22_d22803d38f65cdf17bee1e1808c2bc33

Vingt-trois tentatives, vingt-trois échecs. Depuis que le mandat de Michel Sleimane a expiré, il y a tout juste un an, le 25 mai 2014, les Libanais ne sont pas parvenus à désigner un nouveau chef de l’Etat. A vingt-trois reprises, le Parlement a tenté de réunir le quorum nécessaire de deux tiers des 128 députés pour le vote, sans succès.

Alors que le pays est pris dans les conflits régionaux, les analystes doutent qu’une élection puisse avoir lieu prochainement. Avec plus de un million de réfugiés sur son territoire, le Liban est notamment directement impliqué dans la crise qui secoue la Syrie voisine, où le Hezbollah libanais combat aux côtés des forces du président Bachar Al-Assad.

Guerres par procuration

Au Liban, « on a toujours besoin d’un parrain étranger pour nous dire qui choisir, a expliqué à l’Agence France-Presse Sahar Al-Atrache, spécialiste des affaires libanaises à l’International Crisis Group. Or, les parrains des deux camps rivaux libanais, l’Arabie saoudite et l’Iran, s’affrontent, mènent des guerres par procuration dans la région et ne vont pas se mettre d’accord sur l’élection d’un président au Liban ».

La coalition du 14-Mars, dirigée par l’ex-premier ministre sunnite Saad Hariri et appuyée par les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, défend la candidature de Samir Geagea, le leader des Forces libanaises. Le camp rival du 8-Mars, mené par le Hezbollah chiite et allié de Damas et de Téhéran, soutient lui Michel Aoun, à la tête du Mouvement patriotique libre.

Selon le partage traditionnel des pouvoirs, le chef de l’Etat libanais est issu de la communauté chrétienne maronite, divisée entre 8-Mars et 14-Mars. Cette vacance au sommet de l’Etat a lieu alors que les chrétiens craignent de voir leur présence et leur influence dans la région menacées par la montée de mouvements islamistes extrémistes. Si le président ne dispose pas de véritables prérogatives, son poste reste important dans le délicat partage de pouvoir de ce pays multiconfessionnel.

Polarisation politique

Ce vide présidentiel prolongé, le plus long depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), s’accompagne d’une paralysie des autres institutions de l’Etat. Le gouvernement de Tammam Salam, divisé, peine à faire passer projets de loi, budgets et nominations, notamment à des postes sécuritaires clés. Les élections législatives ont également été reportées, le Parlement ayant prorogé son mandat en 2014.

« Le vide au sommet de l’Etat a miné la capacité du Liban à relever les défis sécuritaires, économiques et sociaux croissants que connaît le pays, s’est inquiété lundi 25 mai le Bureau du coordinateur spécial des Nations unies pour le Liban. Il a contribué à la polarisation politique du pays à un moment où le Liban doit faire un effort pour préserver le pays de l’impact de la crise syrienne. »

Le Liban n’en est pas à sa première période de vacance présidentielle. Après le départ d’Emile Lahoud, en 2007, le pays était resté 184 jours sans président. Au terme du mandat d’Amine Gemayel, il avait fallu 408 jours pour désigner un nouveau chef de l’Etat.

Face au blocage actuel, les Libanais oscillent entre désenchantement, résignation et désintérêt, constate le quotidien L’Orient-Le Jour. « Les Libanais n’ont ni envie ni besoin d’un président. Dans l’ensemble, ils ont abandonné tout espoir d’être entendus ou représentés », a par exemple déclaré au journal le musicien Zeid Hamdan.

Source Le Monde.fr avec AFP

Voir aussiActualité Internationale, Rubrique Moyen Orient  Liban, rubrique Syrie,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>