Hédi Sraïeb : « En Tunisie, islamo-libéraux et sociaux-libéraux occultent la question sociale »

hsmaison_0

Entretien réalisé par Rosa Moussaoui

À quelques jours du scrutin présidentiel, l’économiste tunisien Hédi Sraieb dépeint un paysage politique dominé par le consensus sur les options économiques. L’insécurité sociale, insiste-t-il, reste pourtant au premier rang des préoccupations.

Quels sont à votre avis les ressorts de la victoire de Nidaa Tounès aux élections législatives du 26 octobre ?

Hédi Sraïeb. Nidaa Tounès a progressivement construit sa légitimité après la cuisante défaite en 2011 des partis sécularistes, opposés à l’arrivée au pouvoir du parti islamiste. Devant l’émiettement des partis progressistes, le laxisme des nouvelles autorités face de la montée des mouvements salafistes mais aussi l’incapacité manifeste du gouvernement à conduire les affaires du pays, la toute jeune formation de Béji Caid Essebsi a su surfer sur la vague de mécontentement. Ce parti composite, à défaut d’innover, a su réveiller les idéaux du mouvement national d’indépendance, avec ses acquis ultérieurs : un Etat civil moderne, un code du statut personnel consacrant, pour les femmes, des droits sans équivalent dans le monde arabe. Il a su réunir sous sa bannière diverses sensibilités, de la gauche syndicale aux  figures de l’ancien régime. Les peurs réelles ou fantasmées du retour possible aux affaires des islamistes ont fait le reste. Mais Nidaa Tounès aura aussi bénéficié d’amitiés extérieures et de l’appui de réseaux de l’ancien régime.

La formation de Béji Caïd Essebsi n’obtient pourtant pas la majorité absolue. Sur quelles forces s’appuiera-t-elle pour gouverner ? Peut-elle être tentée par des compromis avec les islamistes ?

Hédi Sraïeb. L’hypothèse d’une cohabitation à la tunisienne avec le parti islamiste est une option. Cela ne constituerait d’ailleurs pas une surprise. Nous l’avons même écrit dans les colonnes de « L’Humanité » avant le scrutin. L’opinion aura vu les frères ennemis se rencontrer à plusieurs reprises même si chacun continue à diaboliser l’autre : retour de l’ancien régime d’un coté, épouvantail théocratique et menace sur les libertés de l’autre. Le scénario apparaît d’autant plus plausible que l’islamo-libéralisme d’Ennahdha n’est pas incompatible avec le social-libéralisme de Nidaa Tounès en matière de choix économiques. Une telle alliance heurterait toutefois les franges authentiquement démocratiques et progressistes de l’électorat et relèverait d’un pari risqué à 12 ou 18 mois d’élections locales et régionales. Un autre scénario est envisageable, il consisterait à reconduire, sous une forme renouvelée, un gouvernement technocratique et/ou dirigé par une personnalité indépendante sur fond de pacte national. Une sorte de neutralisation provisoire, un cessez le feu sur les questions majeures qui divisent. Les deux formations ont un intérêt fort à un retour à la normale et à une reprise de l’activité.

L’inscription d’Ennahdha dans le jeu démocratique lui a-t-elle fait perdre une partie de sa base électorale salafiste?

Hédi Sraïeb. La formation islamiste semble avoir tiré quelques enseignements de son absence de compétences et d’expérience. « Nous ne comprenons rien à l’économie », a même admis l’un de ses dignitaires. Plus sérieusement, la restauration brutale d’un régime militaire en Egypte  et la puissance du mouvement social et politique du Bardo qui a contraint les islamistes à la démission ont fini par infléchir la posture politique d’Ennahdha. Symptôme de cette prise de conscience, le majliss choura (parlement des islamistes) aura écarté les faucons et renouvelé ses cadres dirigeants comme ses têtes de liste aux élections. Cela témoigne d’un souci évident d’insertion dans la vie politique. Reste que la longue période de troubles et de terrorisme aux frontières laisse intactes des forces (salafistes, djihadistes) à la loyauté très variable. Des vases communicants entre toutes les sensibilités islamistes demeurent. Au-delà des discontinuités organisationnelles apparentes, il y a continuum subtil et élastique, celui d’un socle idéologique partagé. La religiosité reste un ciment fort !

Comment expliquer la sanction électorale infligée aux partis composant la troïka?

Hédi Sraïeb. La Troïka a fédéré contre elles toutes leurs peurs, mais aussi toutes les attentes déçues en l’absence de réponses pertinentes aux revendications portées par la révolution. Le parti Ettakatol, membre de l’Internationale socialiste, a vu gronder sa base sociale-démocrate traditionnelle qui a fini par le quitter. Il en va de même pour le CPR du président Marzouki. L’incapacité à tenir les  promesses de justice transitionnelle, dont la loi d’exclusion des responsables de l’ancien régime aura finalement  débouché sur un éclatement du parti.

La gauche progressiste s’effondre. Au delà du « vote utile » pour Nidaa Tounès, que manifeste ce lourd revers électoral ?

Hédi Sraïeb. En termes arithmétiques, cela ne fait aucun doute. Je serais plus nuancé en termes politiques. D’une part les idées de gauche sont loin d’avoir disparu du paysage idéologique, politique ou culturel. La gauche tunisienne dispose d’un capital de sympathie qui va au-delà des ses scores électoraux. Elle dispose encore d’importants ressorts. L’éclatante victoire à Sidi Bouzid de M’barka Brahmi, la veuve d’un dirigeant de gauche assassiné,  en témoigne. C’est une figure encore peu connue du grand public, un mélange détonnant de patriotisme, d’appui indéfectible aux revendications sociales, de piété contenue. Les revers de la gauche résultent, une nouvelle fois, de ses errements stratégiques, de l’émiettement de ses positionnements et de ses alliances. La gauche hérite aussi de vieux contentieux. Toutes choses qui empêchent un rapprochement plus rapide entre ses différentes composantes. Toutefois, il ne faudrait pas oublier le résultat du Front populaire qui assoit une présence importante, précisément dans les régions déshéritées. À y regarder de plus près, ce n’est pas un simple succès d’estime, mais une réelle performance qui affirme les potentialités d’une alternative.

Le Front populaire remporte en effet une quinzaine de députés. Mais est-ce suffisant pour peser sur le débat politique?

Hédi Sraïeb. Le Front populaire remporte tous ses sièges dans les régions de l’intérieur, théâtres de luttes sociales importantes et d’une véritable fronde contre la troïka. Trop longtemps exclues des débats politiques, ces régions ont enfin d’authentiques et sincères  représentants. Le Front Populaire a réussi en peu de temps à se défaire de cette étiquette d’extrémiste que l’on tentait de lui coller. Par ses prises de positions remarquées, par exemple dur la « dette odieuse », par une approche responsable, avec l’élaboration d’un budget alternatif, le Front Populaire a marqué des points dans l’opinion. Il dispose d’une solide assise sociale. Tout cela est certes encore fragile, mais augure d’une recomposition du paysage à gauche.

Posée par les franges les plus démunies de la société tunisienne, la question de l’insécurité sociale a tout de même été la grande absente du débat électoral entre partis. Pourquoi?

Hédi Sraïeb. Les questions de mode de vie, de démocratie formelle ont occulté les questions lancinantes du chômage massif des jeunes, de la précarité de la condition salariale. Sans doute parce qu’elles sont portées par des couches moyennes urbaines,  ces questions sociétales ont littéralement étouffé les enjeux d’un autre vivre ensemble, d’un autre modèle économique et social. L’insécurité sociale est à son comble, mais trop peu de responsables politiques portent cette question. Oubliés aussi, les enjeux éducatifs, l’ascenseur social en panne. Que dire des flagrantes inégalités et injustices, qui soit dit en passant n’ont qu’un lointain rapport avec la « prédation de la famille », a contrario de ce que répandent conservateurs et centristes à l’unisson !

À quelles conditions une alternative de justice économique et sociale peut-elle émerger en Tunisie ?

Hédi Sraïeb. La gauche est en pleine recomposition. Elle est seule porteuse de cet immense espoir qui a jailli avec la révolution, même si elle doit encore vaincre les préjugés culturels à son égard. Cette gauche dans sa diversité doit s’atteler à l’élaboration d’une plateforme commune de sortie d’un système en crise et non, comme l’envisagent les forces conservatrices (séculariste et islamiste), de sortie de la crise du système. C’est une différence de taille ! La gauche tunisienne doit aussi se montrer capable de rassembler les souverainistes et les progressistes qui s’opposent aux diktats des bailleurs de fonds internationaux, comme à ceux qui encouragent la poursuite des privatisations rampantes et la vente à la découpe de nos entreprises et services publics, au profit des multinationales. La recomposition du paysage politique, j’en suis convaincu, va se poursuivre dans les années à venir.

 Source : L’Humanité 7/11/2014

Voir aussi : Rubrique  Tunisie, Les espoirs du peuple tunisien toujours d’actualité, La faiblesse du président Marzouki, Les éditocrates repartent en guerre, rubrique PolitiqueMoyen Orient, Agiter le peuple avant de s’en servir, rubrique Rencontre, Nadia El Fani,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>