Avortement: au Brésil, une avancée pour les femmes qui n’aura duré qu’une semaine

avortementbresilUne tentative d’assouplissement de la loi sur l’avortement, qui demeure illégal dans la plupart des cas dans le pays, a suscité une levée de boucliers dans les rangs des conservateurs et de l’Eglise. Le chemin vers la légalisation est encore long.

Une tentative d’assouplissement de la loi sur l’avortement, qui demeure illégal dans la plupart des cas dans le pays, a suscité une levée de boucliers dans les rangs des conservateurs et de l’Eglise. Le chemin vers la légalisation est encore long.

Au Brésil, l’interruption de grossesse n’est autorisée que dans trois cas: grossesses mettant en danger la vie de la mère, issues d’un viol, ou s’il y a anencéphalie du fœtus, c’est-à-dire une absence totale ou partielle du cerveau qui empêche la survie du nourrisson. Les deux premiers cas sont prévus par la loi depuis 1940, le dernier est autorisé depuis une décision de la cour suprême de 2012.

Dans tous les autres cas, l’avortement est interdit. Une femme qui outrepasse cette interdiction risque jusqu’à 4 ans de prison. Voilà, en théorie, ce qu’est l’avortement légal au Brésil.

Dans les faits, la situation est encore plus limitée. Bien que prévu par la loi depuis 1940, le premier service d’interruption de grossesse ne fut mis en place dans un hôpital de São Paulo qu’en 1989, peu de temps après la chute de la dictature.

Seulement 1.626 avortements légaux en 2012

On ne comptait en 2012 dans le pays que 65 hôpitaux habilités à pratiquer des avortements. Seulement 1.626 interruptions de grossesse légales ont été réalisées cette année-là, selon les données du ministère de la Santé brésilien, pour une population totale de près de 200 millions d’habitants.

D’après Daniela Pedroso, une psychologue de l’hôpital Pérola Byington à São Paulo, un institut de référence pour l’avortement, l’établissement est dépassé car il reçoit des demandes de tout le pays, surtout de femmes enceintes après des agressions sexuelles. La plupart d’entre elles ont entre 20 ans et 24 ans, «mais il y a également des adolescentes, voire même des enfants. La fillette la plus jeune que nous avons reçu avait 10 ans».

Pour une femme enceinte désirant avorter dans le très strict cadre légal et habitant loin d’un des hôpitaux de référence du pays, il est pratiquement impossible d’accéder à son droit. Elle est donc condamnée à vivre sa grossesse, même si celle-ci est issue d’un viol, même si elle met en danger sa vie, même si son enfant est condamné à mourir à la naissance. Ou à avorter clandestinement.

Une avancée «fondamentale»

Un arrêté du ministère de la santé –la Portaria 415/2014– promulgué le 21 mai dernier, visait à faciliter l’accès à l’avortement légal. Selon l’arrêté, tous les hôpitaux publics du pays dotés d’un service de gynécologie devaient être en mesure de proposer une interruption de grossesse aux femmes qui le désiraient et qui rentraient dans les conditions très strictes de l’avortement légal brésilien.

Il s’agissait de contrôler et de réglementer l’accueil des femmes concernées au sein du système de santé public, et de donner des moyens financiers et humains pour permettre la bonne réalisation de ces avortements. Selon le site web Blogueiras Feministas, une plateforme de réflexion sur les questions de genre et de féminisme très active au Brésil, l’arrêté constituait «un instrument fondamental pour améliorer l’accueil des femmes qui ont le droit de faire un avortement légal, une grande conquête pour la santé publique brésilienne».

Rien qui ne sorte de la légalité brésilienne sur l’interruption de grossesse. Et pourtant, l’arrêté a été révoqué une semaine à peine après sa promulgation, le 28 mai, sous la pression de groupes parlementaires religieux, rangés derrière Eduardo Cunha, le leader du PMDB (Parti du mouvement démocratique brésilien, libéral) à la chambre des députés.

Ces derniers considéraient cet arrêté comme un pas de trop vers la légalisation générale de l’interruption de grossesse. Des manifestations anti-avortement ont eu lieu dans plusieurs villes du pays. D’après le ministère de la santé brésilien, l’arrêté a été retiré pour des «questions techniques».

L’approche des élections

Pour Patricia Rameiro, militante féministe de Belém, dire que l’arrêté aurait légalisé l’avortement est un mensonge:

«Cet arrêté avait pour but de garantir aux femmes un accueil digne, car aujourd’hui, celles qui arrivent pour avorter dans des hôpitaux publics, même dans les cas prévus par la loi, passent par des situations humiliantes, vexatoires. Comme il n’y a pas de loi décrivant l’accueil qui doit être fait à ces femmes, les médecins et les professionnels de la santé, non formés à ce genre de pratiques et désirant compliquer l’avortement, exigent tout un tas de garanties et de preuves, rendant souvent le service d’avortement légal inaccessible.»

Aux yeux de cette militante, cette décision du gouvernement est «une absurdité et un recul monstrueux pour le droit des femmes». Il doit se comprendre dans le cadre du contexte pré-électoral: en octobre prochain auront lieu les élections présidentielles, et tous les candidats se prononcent déjà contre l’avortement.

Pour Patricia Rameiro, «la révocation de l’arrêté 415/2014 est une stratégie de la présidente Dilma Rousseff pour lui permettre de récupérer quelques votes» Cette dernière craint pour sa réélection. Au Brésil, et particulièrement dans la classe moyenne, on peut actuellement observer un rejet du gouvernement du PT (le Parti des Travailleurs, actuellement au pouvoir).

Avortements clandestins

Face à cette quasi-impossibilité d’interrompre légalement une grossesse au Brésil, l’avortement clandestin demeure quant à lui une réalité commune et dangereuse. Une étude nationale (Pesquisa nacional do aborto) réalisée en 2010 pour l’institut de bioéthique, des droits humains et du genre brésilien montre qu’à 40 ans, une femme sur cinq au Brésil a déjà subi un avortement, dans la quasi-totalité des cas illégal.

Environ un million d’avortements clandestins sont réalisés chaque année au Brésil. Trois solutions s’offrent aux femmes désirant interrompre leur grossesse clandestinement: payer 3.000 réaux (soit environ 1.000 euros) et se faire avorter dans une clinique privée –une solution donc réservée aux femmes fortunées–, commander via des sites web clandestins des pilules abortives qui ne marchent pas dans tous les cas pour environ 200 réaux (80 euros), ou demander dans les marchés les plantes «qui font descendre les règles» à des femmes vendant des plantes médicinales.

Le cas du Brésil n’est pas isolé en Amérique du Sud. Les seuls pays où les avortements libres sont autorisés sont l’Uruguay, depuis 2012, le Guyana, depuis 1995 et la Guyane française.

Nina Almberg

Source : Slate 28/07/14

Voir aussi : Rubrique Actualité InternationaleAmérique Latine, Brésil,  rubrique Société, Droit des femmesReligion,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>