Séisme Japon l’accident nucléaire

j-circu-nucleaire

L’état d’urgence a été décrété dimanche dans une deuxième centrale nucléaire touchée par le fort séisme qui a frappé le Japon vendredi et où un niveau élévé de radioactivité a été enregistré, a annoncé l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« Les autorités japonaises ont informé l’AIEA que le premier (c’est-à-dire le plus bas) état d’urgence dans la centrale d’Onagawa a été signalé par la Tohoku Electric Power Company », a déclaré dans un communiqué l’agence onusienne, dont le siège est à Vienne.

« Les autorités japonaises tentent de déterminer la source des radiations », a ajouté l’agence. Le gouvernement japonais a mis en garde dimanche contre le risque d’une nouvelle explosion à la centrale de Fukushima N°1 en raison d’une accumulation d’hydrogène.

Au lendemain du tremblement de terre de 8,9 sur l’échelle de Richter et du tsunami qui a suivi, touchant les côtes nord-est du pays, ce sont les installations nucléaires japonaises qui concentrent les plus fortes inquiétudes. Une explosion a été rapportée samedi  à la centrale nucléaire de Fukushima (à 250 km au nord de Tokyo). Le toit et les murs se sont effondrés.

Le Premier ministre japonais a tenu une conférence de presse pour tenter de rassurer la population : la cuve du réacteur serait intacte et le vent chasserait, pour l’instant, les particules radioactives vers l’océan. Sur place, la radioactivité reçue en une heure par personne correspond à la limite à ne pas dépasser annuellement.

japon-nucleaire

Le Mox, combustible particulièrement toxique

Le MOX, combustible utilisé dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, qui concentrait dimanche toutes les inquiétudes, est un matériau particulièrement toxique, a souligné le Réseau Sortir du nucléaire (RSN). Le réacteur N°3 en particulier, en proie à une forte surchauffe, fonctionne au MOX – pour « mélange d’oxydes »- un combustible « extrêmement dangereux qui entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques », indique RSN dimanche.

fillon-japon-nucleaire

« La France et le Japon porte parole au niveau mondial d’une utilisation résonnée de l’énergie nucléaire »

Composé d’uranium et de plutonium, issu de déchets nucléaires recyclés, le MOX est « bien plus réactif que les combustibles standard », a expliqué à l’AFP Jean-Marie Brom, ingénieur atomique, directeur de recherches au CNRS. « Le plutonium, qui n’existe pas à l’état naturel, est un poison chimique violent. Le mieux aurait été de ne pas en mettre du tout », explique-t-il. Selon RSN, sa « toxicité est redoutable: il suffit d’en inhaler une particule pour développer un cancer du poumon ».

Le Japon a commencé récemment à utiliser du MOX pour faire fonctionner ses centrales et avait prévu depuis 2008, d’étendre progressivement son usage en 2011-2012. Un contrat de fourniture de MOX a d’ailleurs été passé avec l’opérateur nucléaire français AREVA.

AFP

centrale-fukushima

Voir aussi : Rubrique Japon, rubrique Politique internationale, Fillon et Sarkozy misent sur l’aide de tokyo pour défendre le nucléair civil, rubrique Economie, Nucléair civil:  tour du monde des nouvelles puissances, Rubrique Santé, Manifeste pour l’indépendance de l’OMS, On Line l’article d’Owni «Areva au cœur du réacteur de Fukushima»

Une réflexion au sujet de « Séisme Japon l’accident nucléaire »

  1. Ping : 24 réacteurs nucléaires à fermer pour EELV et le PS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>