Roman. Dans les geôles sinistres du Baron Duvalier

 Un rappel du prix à payer pour rester libre  Crédit Photo dr


Un rappel du prix à payer pour rester libre Crédit Photo dr

Roman * A l’ombre du Baron
Le premier roman de Fabienne Josaphat, originaire de Haïti vivant aujourd’hui à Miami plonge avec une grande authenticité aux racines  d’un vécu noir et douloureux.

On sait que le roman est un relais permettant une connaissance active du champ social. Le contexte que dépeint Fabienne Josaphat, Haïti en 1965, offre une lecture politique de l’histoire du pays et une vision générale de la société sous François Duvalier, allias «Papa Doc». Une vision noire qui entraîne progressivement le lecteur dans les lieux les plus sombres de la dictature.

Au volant de son vieux taxi Raymond  masse de ses doigts crasseux le visage du dictateur imprimé sur les petits billets que lui laissent ses clients. Pas de quoi subvenir aux besoins élémentaires de sa famille mais comme la majorité du peuple haïtien, il trime pour s’en sortir à l’ombre des villas magnifiques des dignitaires du régime et autre diplomates étrangers. Raymond  connaît Port-au Prince comme sa poche. Il a vu la ville se métamorphoser du temps de l’ancien président Malgloire les touristes étaient plus nombreux mais maintenant il doit satisfaire ses clients du mieux qu’il peut afin d’assurer le repas du soir avant le couvre feu. Son frère Nicolas paraît plus conformiste. Il enseigne à la faculté de droit et gagne bien sa vie. L’intellectuel occupe son temps à la rédaction d’un livre, fréquente la bourgeoisie et snobe son frère  en méconnaissant ses vraies qualités.  Leur destin va devenir cauchemardesque mais il ne le savent pas encore.

Loin de vouloir entretenir un divertissement inoffensif, à partir de l’histoire de ces deux frères, Fabienne Josaphat, tisse une intrigue haletante au coeur de laquelle se glisse une forte connotation politique. A l’ombre du Baron dévoile les crimes de «Papa doc», les crimes du pouvoir et toutes les causes bonnes à le servir. Lutte des classes, négritude, militant de la cause noir, combat contre le communisme, contre la religion catholique, sécurité de la nation,  accord avec le Vatican transgression des droits civiles et des droits de l’homme, toutes les causes opportunément défendues en sont aussi la négation. Le Vaudou en faisait partie, le Baron sur lequel Duvalier à modeler son image est représenté vêtu d’un chapeau haut de forme blanc, de lunettes de soleil dont un verre est cassé, avec du coton dans les narines. C’est l’esprit de la mort et de la résurrection.

Si ce roman pourrait être lu comme une forme de procès différé de François Duvalier, le processus de  détermination aveugle déployée par le dictateur pour se maintenir au pouvoir peut également être utilisé comme schème de critique de nos sociétés. Sous Duvalier père cette violence usurpatrice a duré près de 15 ans. Et elle semble s’être inscrite dans le temps Haïtien avec  «-Bébé Doc-» le fils Duvalier, les militaires, Jean-Bertrand Aristide …

Aujourd’hui encore la corruption et le chaos règne. Cela s’est tristement illustrée lors du tremblement de terre de 2010 et figure désormais dans les anales comme un des plus grand échec de la coopération internationale.  Le voyage noir que nous propose ce premier roman livre des clés de compréhension et d’humanité.

JMDH

Source La Marseillaise 14/04/2017

* A l’ombre du Baron, ed Calmann Lévy 19,90 euros

Voir aussi : Rubrique  Livre, rubrique Haïti, rubrique Rencontre Gary Victor, Elvire Maurouard debout dans les ruines, Trois rencontres avec le poète James Noël,

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *