Cinéma Les terrasses de Merzak Allouache. Un cadre entre ciel et rue

Merzak Allouache

Merzak Allouache

Avant première. Le réalisateur algérien Merzak Allouache présente son dernier long métrage Terrasses au Diagonal dans le cadre de Regards sur le cinéma algérien.

Alger la belle, Alger et ses collines aux immeubles délabrés, Alger et ses terrasses transformées progressivement en lieu d’habitation, la Casbah, Bab el Oued, Belcourt, Notre-Dame d’Afrique, Telemy, Alger et son espace naturel qui plonge à l’horizon dans la grande bleue. Merzak Allouache commence par un décors. Ce paysage merveilleux de la baie d’Alger dit tout l’amour que le réalisateur porte à son pays même si ce qui se dévoile et se joue derière ce décors, l’afflige profondément.

« J’ai décidé de tourner sur les terrasses qui sont omniprésentes à Alger. Les terrasses étaient l’espace extérieure des femmes qui sortaient peu. Elles venaient y faire leur lessive. Cela a changé, aujourd’hui elles servent de refuge pour une grande partie de la population rurale exilée en ville qui y vivent comme dans les bidonvilles

Les terrasses d’Alger, jadis lieu de tranquillité, sont désormais des espace de vie, des squats, envahis par les antennes paraboliques. « Il est très difficile de tourner dans les rues d’Alger qui grouille de jeunes «désoccupés» que l’on éloigne de la vie. 50% de la population algérienne a moins de 19 ans. C’est un gâchis terrible. J’ai travaillé en équipe réduite avec un temps de tournage très court. Nous avons travaillé sur cinq terrasses, dans cinq quartiers, rythmés par les cinq appels à la prière. Et nous avons été confrontés au problème de la gestion des terrasses. Celles-ci sont souvent collectives et très convoitées par les habitants.»

Ce parti pris, filmé à la lumière d’Alger, donne une sensation de recul sur la vie de la cité. Il ouvre aussi un espace singulier entre vie collective et vie privée où se croise une galerie de personnages contemporains tourmentés en lien avec de grands épisodes de l’histoire du pays.

Un miroir à ciel ouvert

Dans les cinq récits que nous conte Merzac Hallouache, « C’est comme si j’avais tourné cinq courts métrage qui s’entremêlent.» tout démarre en douceur.« Je montre l’Algérie qui semble sereine, qui savoure la paix retrouvée. On entend  l’appel à la prière qui est en principe un appel à la tolérance mais on s’aperçoit que chacun est en train de faire ses petites affaires.  Les contradictions surgissent doucement, liées à une forme de désespérance et petit à petit elles se transforment en une bouillonnante et incontrôlable violence

Sur les terrasses d’Allouache défilent les douleurs du peuple algérien. Tout le talent du réalisateur est de poser un cadre neutre au bon endroit en attendant que la réalité le traverse. «Je n’ai pas envie de m’appesantir mais les choses sont là. Les décors et les personnages parlent. Quand on la regarde, on a l’impression que la ville est saccagée. On a l’impression que les gens ne l’aiment pas

Pas facile d’être artiste algérien. Certains réalisateurs et intellectuels jouent le jeu de la vitrine, ou refusent d’évoquer l’intolérance et les nombreux conflits qui minent la société algérienne. Face à la propagande officielle l’autocensure artistique reste de bon ton.

Ce n’est clairement pas le parti de Merzak Allouache qui profite de son exil pour explorer une société complexe et perturbée sans projet politique. On se souvient de la bourde de Hollande déclarant sur le ton de la plaisanterie à l’occasion d’une réunion du CRIF que le Ministre de l’intérieur (Manuel Valls à l’époque) était rentré d’Algérie saint et sauf. Mais qui se soucie de la jeunesse algérienne abandonnée ?

Jean-Marie Dinh

Source La Marseillaise 19/03/2015

Bande annonce

Voir aussi : Rubrique, Cinéma, rubrique Algérie, rubrique Rencontre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>