Le pouls de la Paillade

Le producteur radiophonique Stéphane Bonnefoi, évoque son reportage sur La Paillade à l’IRTS.

Le documentaire trouve de moins en moins de place sur les ondes de Radio France. Mais sur France Culture on peut encore prendre le temps de l’écoute. Au début de la campagne des régionales 2009, le journaliste Stéphane Bonnefoi passe deux mois hébergé chez les habitants de la Paillade. Suite à son immersion dans le quartier, il réalise quatre documentaires d’une heure diffusés dans l’émission Sur les docks. Il est revenu à Montpellier pour évoquer son travail devant les étudiants de l’IRTS.

Un beau sujet de réflexion pour les futurs travailleurs sociaux que celui du traitement médiatique des quartiers populaires… Faut-il considérer que la durée consacrée au travail pour prendre le pouls d’un quartier populaire relève d’une forme d’engagement ? Dans le nouveau mode de production des rédactions force est de reconnaître que cet exercice figure au rayon des pratiques révolues. Creuser son sujet, s’oppose à la thèse qui définit la dépolitisation des esprits comme le mode achevé de la modernité .

« France Culture ne m’a pas payé deux mois pour 4 heures d’émission. Outre les implications financières, cela m’a demandé une énergie incroyable, précise le producteur. Mais au final le travail  a eu un bon retentissement ». Il se distingue en effet du traitement médiatique habituel des banlieues qui privilégie les raccourcis sans s’assurer des correspondances avec le sens.

« La plupart du temps, les représentations que l’on a de ces quartiers nous viennent des médias ou de personnes victimes d’un vol ou d’une agression. Ce ne sont pas des représentations personnelles. Je voulais m’inscrire dans les pas de l’écrivain prolétarien Marc Bernard* prix Goncourt en 1942, auteur d’un reportage au long cours sur la ville nouvelle de Sarcelle (en 1963). » Un demi siècle plus tard, Stéphane Bonnefoi choisit le quartier de La Paillade pour reconduire cette expérience. « J’aurais pu faire de la poésie, mais je suis resté dans un esprit d’investigation. Je ne voulais pas réinventer. »

Territoire, religions, singularités marocaines et gitanes, situation sociale, le journaliste pousse les portes et ouvre des dialogues qui révèlent un mode de vie propre en marge de la ville centre. «  Je ne prétends pas rendre compte de La Paillade telle qu’elle est en quatre heures. Et d’ailleurs qu’est-ce que La Paillade si ce n’est la multitude des gens qui y vivent ?  La manière dont les médias évoquent ce qui s’y passe, n’est pas à la hauteur de la richesse de ces quartiers. » Un constat qui n’élude pas les problématiques. L’auteur évoque toutes les questions : mixité sociale, pressions religieuses et politiques, précarité grandissante, réseaux économiques opportunistes…   « Le changement radical avec les années 70 et 80, c’est le recul de la vie politique, intellectuelle et sociale, faute d’acteurs et de moyens au profit des politiques clientélistes, et des associations communautaires.» La richesse vient de la multitude des voix recueillies. Des habitants et des acteurs sociaux témoignent de la difficulté à préserver leurs valeurs face à l’instrumentalisation. De quoi donner du grain à moudre…

Jean-Marie Dinh

* Stéphane Bonnefoi a préfacé le livre de Marc Bernard Sarcellopolis réédité aux éditions Finitude.

Voir aussi : Rubrique Médias, Médias banlieue et représentations, rubrique Société, L’enjeu politique des quartiers populaires, Justice Les rois du Petit bard, Délinquance en col Blanc, rubrique Montpellier, Politique locale , Petit-bard: les réfugiés du Bat A,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>