Syrie : comment l’opposition syrienne a été sabordée

Pirouette sur les armes chimiques, promesses non tenues sur la livraison d’armes, les pays occidentaux ont contribué à discréditer la CNS sur le terrain.

François Hollande recevant Ahmad Jarbar, chef de la Coalition nationale syrienne, le 24 juillet à l'Élysée. Photo Sipa

François Hollande recevant Ahmad Jarbar, chef de la Coalition nationale syrienne, le 24 juillet à l’Élysée. Photo Sipa

C’est la conséquence directe de l’accord américano-russe sur le démantèlement de l’arsenal chimique de Damas, et c’est à l’opposition syrienne à l’étranger d’en faire les frais. S’estimant trahis par la volte-face de l’Occident sur les frappes en Syrie, un grand nombre de groupes rebelles ont récemment annoncé qu’ils coupaient les ponts avec la Coalition nationale syrienne (CNS), principal conglomérat de l’opposition chargé par les chancelleries occidentales de représenter le peuple syrien.

Fin septembre, 13 factions islamistes qui opéraient sous le commandement du Conseil militaire syrien, bras armé de la CNS, ont indiqué qu’ils ne reconnaissaient plus la coalition. Le nouveau regroupement ainsi formé a indiqué qu’il s’unissait « dans un contexte clairement musulman (…) fondé sur la charia », aux côtés du Front al-Nosra, un groupe djihadiste lié à al-Qaida. Puis il y a dix jours, c’est au tour de 70 autres factions du sud du pays d’avoir fait défection.

« Création de l’Occident »

« La CNS n’a pas été créée par les forces révolutionnaires à l’intérieur du pays, mais a été au contraire imposée par certains pays régionaux et occidentaux », regrette Fahad al-Masri, porte-parole du commandement conjoint de l’Armée syrienne libre de l’intérieur, qui ne reconnaît plus aucune légitimité à la CNS. « Depuis sa création (en novembre 2012, NDLR), cette instance n’a rien fait pour la révolution syrienne, et elle a désormais perdu le peu de crédibilité dont elle disposait. » Interrogée par le Point.fr, une source diplomatique admet que l’abandon du projet de frappes a clairement entraîné un changement sur le terrain. « Mais il ne faut pas oublier que des milliers d’autres groupes sont présents », souligne la source.

Il n’empêche, de l’avis des spécialistes, les factions dissidentes seraient parmi les plus puissantes de la rébellion. Ce sont elles qui ont permis à la rébellion d’engranger ces dernières semaines des progrès notables dans le sud du pays, particulièrement à Deraa. Au nord du pays, à Alep, elles ne plient toujours pas face aux troupes loyalistes de Bachar el-Assad, qui avait pourtant juré de reprendre l’ex-poumon économique du pays, après s’être emparé de Qousseir en juin dernier. « La CNS s’est révélée incapable d’apporter ce que l’opposition sur le terrain souhaitait réellement, c’est-à-dire un soutien politique et des armes, afin de peser sur l’équilibre des forces sur le terrain », souligne Ignace Leverrier*, ancien diplomate en poste à Damas.

Essor des djihadistes

Premier pays occidental à reconnaître officiellement la CNS, la France, qui souhaitait armer les forces les plus modérées par le biais du Conseil militaire syrien, s’est vite retrouvée dans l’obligation de faire marche arrière, face à l’opposition de ses partenaires européens. « Nous fournissons aujourd’hui du matériel militaire, mais dans la limite de nos engagements européens », affirme la source diplomatique française. « Il ne s’agit pas de matériel létal, mais d’autres Amis de la Syrie s’en chargent ».

Si l’Arabie saoudite et le Qatar livrent en effet des armes à l’opposition syrienne, les quantités se révèlent limitées et sous l’étroit contrôle de leur parrain américain. Les États-Unis refusent que des armes lourdes soient envoyées en Syrie, de peur qu’elles ne tombent entre les mains des djihadistes. « Pendant ce temps, les djihadistes grossissent jour après jour, car ils bénéficient d’une aide militaire et financière conséquente », souligne Fahad el-Masri. D’après les experts, ce soutien émanerait en premier lieu d’hommes d’affaires du Golfe.

Conférence pour la paix

C’est pour ressusciter cette opposition « modérée » que les « Amis de la Syrie » (Allemagne, Arabie saoudite, Égypte, Émirats arabes unis, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Jordanie, Qatar et Turquie) se sont réunis mardi dernier à Londres. Si les onze pays sont tombés d’accord pour continuer à soutenir l’opposition syrienne et ses groupes armés modérés, ils ont pressé la CNS de participer à la future conférence de paix de novembre à Genève. « L’idée est d’amener toutes les parties syriennes à la table des négociations, sauf ceux qui ont du sang sur les mains, ce qui exclut de fait Bachar el-Assad », explique la source diplomatique française.

Mais la CNS n’a pas encore arrêté sa position quant à sa participation à Genève 2 (une première conférence de paix a eu lieu en juin 2012, mais n’a pas abouti). « Le problème est qu’aucune garantie n’a été apportée sur le départ de Bachar el-Assad », déplore l’ex-diplomate Ignace Leverrier. Redoutant une nouvelle manipulation, 19 groupes rebelles islamistes syriens ont menacé dimanche de juger pour « trahison », tous ceux qui, dans l’opposition, seraient tentés de se rendre en Suisse. « Cette virulence dans le langage est propre au langage combattant », explique la source diplomatique française, qui note toutefois un « progrès sur le fonds ». « Le débat est passé de la participation à Genève 2 au départ de Bachar el-Assad et les négociations sont en cours ».

Bachar remis en scelle

Problème, le président syrien a au contraire été remis en scelle par l’accord américano-russe sur le désarmement chimique. Redevenu de facto un interlocuteur de la communauté internationale, Bachar el-Assad, qui a réussi grâce à l’aide de Moscou à marginaliser le seul organe structuré de l’opposition, prend désormais un malin plaisir à dicter lui-même ses conditions. Accusant la CNS de travailler sous les ordres des pays du Golfe et de l’Occident, il estime que les « conditions ne sont pas encore réunies » pour le succès d’une telle conférence.

Signe de la montée en puissance du clan pro-Bachar, l’émissaire spécial de l’ONU pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, juge désormais « naturelle et nécessaire » la participation de l’Iran, grand argentier de Damas, à Genève 2. Ultime pied-de-nez à ses opposants, Bachar el-Assad se dit désormais prêt à concourir à la prochaine présidentielle de 2014.

 

* Ignace Leverrier, auteur du blog « Un oeil sur la Syrie » du Monde.fr.

Source Le Point.fr 

Voir aussi  : Rubrique Syrie, La France mise en échec à L’ONU, rubrique Politique Internationale,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>