Etats-Unis: oui aux cadeaux fiscaux pour les riches, non à la taxe bancaire

US-SMIALOWSKI

Les Européens devraient se retrouver seuls au monde à imposer une taxe spéciale à leurs banques, le projet du président Barack Obama aux Etats-Unis ayant été enterré faute de plaire au Congrès et d’être défendu par l’exécutif.

Le 14 janvier, M. Obama lançait en grande pompe depuis la Maison Blanche un appel à une « taxe sur la responsabilité de la crise financière », se disant « déterminé a récupérer chaque centime dû au peuple américain ». Selon lui, elle devait rapporter 117 milliards de dollars sur douze ans. La proposition était précisée par le Trésor en février, dans le volet fiscalité du projet de budget 2010-2011, qui préconisait une taxe d’ »environ 0,15% » sur les actifs (hors dépôts et fonds propres) des plus grandes banques du pays, soit une cinquantaine d’établissements. Elle devait même entrer en vigueur, si le Congrès le permettait, dès le 1er juillet, rétroactivement si nécessaire.

Les mois ont passé et les parlementaires ont relativement peu débattu du projet. La Chambre des représentants n’a pas du tout planché dessus. Quant au Sénat, sa commission des Finances y a consacré trois auditions fin avril et début mai. Son président démocrate Max Baucus y était favorable, mais le chef de file des républicains dans cette commission, Chuck Grassley, y était farouchement opposé, convaincu qu’elle se répercuterait sur les clients des banques, qui allaient la payer « sous forme de hausse des taux des emprunts et d’autres tarifs ».

Avec la percée des républicains aux élections législatives de novembre, la taxe est définitivement morte. Elle n’est pas apparue lors des débats fiscaux des dernières semaines, accaparés par la reconduction, y compris pour les Américains les plus riches, des cadeaux accordés aux ménages par le président George W. Bush en 2001 et 2003.

Les lobbyistes de Goldman Sachs et autres Bank of America n’ont pas eu à dépenser une énergie considérable pour tuer l’idée. M. Obama lui-même n’en a jamais reparlé, et son gouvernement a montré peu d’empressement à faire adopter le projet. « C’est plus une question de changement de circonstances que de lobbies », explique à l’AFP Douglas Elliott, un ancien banquier d’affaires devenu chercheur à la Brookings Institution, qui avait témoigné en faveur de la taxe devant le Sénat.

« Maintenant que le sauvetage des banques par l’Etat semble ne devoir à peu près rien coûter aux contribuables, la justification d’origine de la taxe s’est complètement volatilisée », relève-t-il. C’est tout le sens de l’argumentaire du Trésor, qui souligne régulièrement le retour sur investissement du plan d’aide au secteur financier de 700 milliards de dollars lancé en octobre 2008. « En termes de coût financier direct, ce plan se classera parmi les programmes de réponses à la crise les plus efficaces jamais mis en oeuvre », assurait encore jeudi le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner.

En temps de vaches maigres pour les Etats et de vaches grasses pour Wall Street, la démonstration ne convainc pas l’un des grands défenseurs de la taxe, le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn. »Ce genre de taxe n’est pas en vigueur et j’ai bien peur que nous n’ayons pas beaucoup de succès à faire en sorte qu’il le soit », déplorait-il jeudi. Cinq mois auparavant, lors d’un sommet du G20 à Toronto (Canada) qui avait enterré l’idée d’une taxe coordonnée, le même Dominique Strauss-Kahn se consolait en remarquant qu’elle serait tout de même adoptée aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne ou en France. « Où est le plus grand centre financier au monde? Quel est le pays où vous avez le plus gros secteur financier? Les Etats-Unis. Ils auront une taxe », se réjouissait-il.

AFP 18/12/10

Voir aussi : Rubrique Finance , rubrique Actualité France L’impunité économique s’accroît,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>