Reporters otages: rassemblements de soutien et interrogations sur le silence

Des manifestations de soutien aux deux journalistes français enlevés en Afghanistan il y a 70 jours se sont tenues dans plusieurs villes de France et les interrogations demeurent sur le silence imposé aux médias par les autorités. A Rennes, Toulouse, Montpellier et Paris, plusieurs centaines de personnes, majoritairement des journalistes, se sont rassemblées pour « faire savoir qu’on attend le retour d’Hervé et Stéphane ainsi que leurs trois accompagnateurs, Mohamed, Ghulam et Satar », soulignait un manifestant à Paris.

L’appel avait été lancé par Reporters sans frontières (RSF), le Syndicat national des journalistes (SNJ) et la Société des journalistes de la rédaction nationale de France 3 en accord avec les familles et les proches des deux journalistes enlevés. A Paris, plusieurs anciens journalistes otages étaient présents, dont Philippe Rochot, détenu trois mois au Liban en 1986, et Florence Aubenas, séquestrée cinq mois en Irak en 2005.

Sous un soleil d’hiver devant la tour Eiffel, plusieurs intervenants sont revenus sur l’attitude des pouvoirs publics qui, après avoir recommandé le silence autour de ces enlèvements, s’étaient montrés critiques à l’endroit du travail des deux journalistes. Dernier en date, le général Georgelin, alors chef d’Etat major, avait déclaré: « nous avons déjà dépensé plus de 10 millions d’euros pour cette affaire. Je donne le chiffre parce que j’appelle au sens de la responsabilité des uns et des autres ».

Les deux journalistes travaillant pour le magazine « Pièces à conviction » de France 3 ont été enlevés, avec trois accompagnateurs afghans, le 30 décembre sur une route entre Surobi et Tagab, dans la province de Kapisa (est). « Contrairement à ce qu’on a pu dire, ils faisaient leur métier. (Albert) Londres, (Ernest) Hemingway, et d’autres, étaient des héros. (…) Là, on a presque l’impression de délinquants », s’est insurgée Martine Gauffeny, de l’ONG Otages du monde qui manifestait à Rennes.

« Cela fait 70 jours aujourd’hui et on a pas envie de laisser passer les jours et les semaines sans rien faire », a dit Dominique Gerbaud, président de RSF. « Autant on est vigilant sur une médiatisation exagérée qui pourrait à un moment gêner les négociations, autant on a pas envie non plus de se murer dans un silence total qui pourrait aussi être préjudiciable », a-t-il confié à des journalistes parisiens. Pour Florence Aubenas, « les journalistes ont respecté cette consigne de silence jusqu’à présent, ce qui est étonnant, c’est que ceux qui demandent qu’elle soit respectée ne la tiennent pas eux-mêmes et sont les premiers a accabler nos deux confrères », a-t-elle dit à l’AFP. « Ce serait des paroles de compassion ou de solidarité qu’on entendrait, pourquoi pas, mais là c’est à chaque fois des propos accablants », a estimé l’ancien otage.

Avec ces manifestations, « Hervé, Stéphane et leurs accompagnateurs seront présents à l’antenne sur la Deux, sur la Trois, dans les régions et à RFO », a dit Serge Cimino, délégué du SNJ de France 3. Elise Lucet, présentatrice de « Pièces à conviction », a rappelé que « Hervé et Stéphane sont avant tout des membres de notre équipe, leur professionnalisme n’est pas à remettre en cause ».

A Toulouse, Thierry Valero, de France 3 Sud a rappelé que « le métier de journaliste ne se résume pas à recopier des communiqués de presse » et nécessite quelquefois la prise de risque, pour informer en toute indépendance.

Voir aussi : Rubrique Médias entretien avec Florence Aubenas,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>