Puissante ubiquité de la création féminine

muson

La Matrice 1 : L’absence crée un type particulier de présence théâtrale. Photo Ferdinant Fortes

 La Chapelle. Lydie Parisse met en scène avec Yves Gourmelon, son troisième texte pour le théâtre. Une création au féminin où la muse devient muson.

Je n’aime pas la fiction. Tout doit être réel, provenir de la vie bien réelle…  » affirme Lydie Parisse qui porte son troisième texte à la scène à la Chapelle. La Matrice 1 sous titrée Le temps des musons, apparaît comme une pièce maîtresse dans le parcours d’une œuvre foncièrement contemporaine, entreprise créative, à la fois accessible et très vaste. La recherche d’écriture théâtrale de l’auteur met en question le rapport au public à travers l’exploration plastique et les espaces multiples de perception possible, en l’occurrence ceux de la création féminine.

Premier volet d’un diptyque, La matrice 1 évoque le quotidien banal d’une femme. Une de ces femmes sans histoires auxquelles il n’arrive jamais rien. Dans l’espace caricatural de sa cuisine, Loute est la muse et la compagne de Pierre. Celle qui lui permet à lui l’homme, l’ingénieur en aéronautique qui veut devenir artiste, de se réaliser. Loute est aussi un être mythique omniprésent qui est en tout endroit à tout moment. Une éponge épouse infinie de la mémoire collective de tous les temps, mémoire fragmentée par les cauchemars de son siècle, fruits morbides d’illusions masculines.

Mise en lumière du désir

Pierre a disparu dans une pièce inconnue de leur maison Phoénix sans fondation. Il n’est plus là. Et Loute le recherche. Elle souffre, peine à réaliser ce qui lui arrive. Par moments, elle s’en moque, se libère, rit, se remémore et réinvente le passé, avec sa sœur, incandescente confidente, Melpomène (Julie Pichavant). La pièce ouvre et referme de courtes séquences, vidéo, chantées et chorégraphiées. Ce parti pris de mise en scène  fait appel au hors-scène, spatial et temporel. Il renforce efficacement la dimension spectrale et onirique. Tous les personnages masculins peuplent cet univers du dehors. Après tout, peut-être que Pierre n’a jamais existé…

Face à l’absence, c’est aux spectateurs qu’il revient de donner forme à l’émotion. Dans cet esprit, la comédienne Claire Engel (Loute) s’impose dans un rôle d’une grande difficulté. Les deux femmes sans âge, passent de l’indétermination à la détermination qui les entraîne sur les traces historiques et spirituelles de l’alchimie magique féminine. Dans une salle de bain, que n’auraient pas reniée Sappho et Lucrèce, elles inversent le mythe des muses pour donner naissance aux musons.

Mais s’il présente de réjouissantes perspectives, cet artifice nourrit l’étrange sans clore l’espace des possibles. Lydie Parisse construit sa pièce sur une succession de glissements vers une tendre et violente mise en lumière du désir. Un hommage à la création au féminin, dont la beauté et la cruauté n’en finissent pas de fasciner, comme la lumière filtrant les persiennes au matin d’un jour, nouveau.

Jean-Marie Dinh

Jusqu’au 7 mai à La Chapelle. Réservation 04 67 42 08 95. Le texte est paru aux éditions Domens 
Voir aussi : Rubrique Théâtre Parole Novarina,

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>