Les Chonchons de Marion quittent leurs chaussons

Une curieuse épidémie de moustaches

Une curieuse épidémie de moustaches

Création au Théâtre des Treize Vents. Orgueil poursuite et décapitation une comédie féroce de Marion Aubert.

Douce tentation que celle de l’innocence qui nous permet d’échapper aux conséquences de nos actes. Voilà bien un mal qui n’épargne pas notre société. Marion Aubert trouve matière d’en rire dans sa dernière création Orgueil poursuite et décapitation donnée actuellement à Grammont.

Dix chapitres sans commandement pour évoquer les scènes tragi-comiques de la vie quotidienne. Au premier rang desquelles les valeurs familiales passent un mauvais quart d’heure. N’en déplaise à Luc Ferry (1) qui voyait dans la famille l’agencement d’un nouvel humanisme, l’auteur pointe à l’inverse les liens intimes entre bourreau et victime. Merveilleuse pathologie familiale que l’œuvre destructrice d’une belle-mère narquoise à souhait, dont les frustrations personnelles se travestissent en amour maternel pour son fils adoré. Bel exemple d’amour que l’insupportable vulgarité d’un mari toléré par sa femme bonasse. Exemplaire transmission d’expérience que le bilan désespéré d’une grand-mère confiant le vide sidéral de sa vie à sa petite fille…

Hommage au carnage familial

La mise en scène de Marion Guerrero tire parti d’une multitude de situations et de personnages (une trentaine) pour donner vie à ce grand désordre. Des panneaux amovibles à roulettes façonnent l’espace. La sobriété des décors renforce l’intensité du jeu. Les transitions abruptes et le montage très cut des scènes rend hommage au carnage familial dans la beauté de l’instant. L’esprit décalé de l’œuvre et la folie ordinaire à laquelle elle fait appel sied parfaitement aux comédiens de la Cie Tire pas la nappe, qui s’y tiennent à carreau.

Marion Aubert porte le regard d’une femme trentenaire sur notre société postmoderne. Elle excelle dans la description de l’infantilisme et de la victimisation, deux grandes tentations du XXIe. Peuplé de martyres silencieux ou auto-proclamés, l’univers des Chonchons, comme le nomme l’auteur, est aussi véritable qu’imprévisible. C’est un monde comme le nôtre où l’imposture et la métamorphose menacent en permanence. L’ex ministre de l’Education cité plus haut pourrait très bien être ce jeune marié promis à une haute fonction qui fracasse la tête de sa femme contre les rochers parce qu’elle le trouve drôle et qu’elle n’aurait pas dû.

La question du pouvoir tient lieu de fil rouge à la pièce. L’auteur montpelliéraine l’aborde l’œil lucide et le rire aux lèvres. Une fausse naïveté qui fait mouche. Le rire surgit sans que la situation ne s’y prête. C’est l’éveil du Chonchon qui dort en nous…

Jean-Marie Dinh

Le texte Orgueil poursuite et décapitation est édité chez Actes-Sud ainsi que la plupart des textes de Marion Aubert

(1) Luc Ferry 2007 Familles, je vous aime : Politique et vie privée à l’âge de la mondialisation, XO Editions.

Voir aussi : Rubrique Théâtre , rubrique Rencontre, Marion Aubert,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>