Retour à la vie civile après la boucherie

Le jeu du masque  maquille la vérité comme il peut la dévoiler. Photo dr

Le jeu du masque maquille la vérité comme il peut la dévoiler. Photo dr

 

Cinéma


Au revoir la-haut, l’adaptation du roman de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013 raconte l’histoire d’amitié entre deux poilus sortis traumatisés de la Grande Guerre. Avec Laurent Lafitte et Nahuel Perez Biscayart, réalisation signée Albert Dupontel. Donné en avant première en présence du réalisateur au Gaumont Multiplexe de Montpellier.

L’intrigue suit celle du livre,  Édouard Péricourt et d’Albert Maillard, deux poilus qui, quelques jours avant l’Armistice de 1918, échappent de peu à la mort à la suite de l’excès de zèle mortifère du lieutenant Pradelle qui déclenche un dernier assaut aussi meurtrier qu’inutile. L’un se retrouve défiguré, l’autre, paranoïaque. Sur les ruines du carnage de la Première Guerre mondiale, chacun va tâcher de survivre : Pradelle va construire sa fortune sur le dos des morts tandis qu’Albert et Édouard, condamnés à vivre, vont tenter de monter une arnaque monumentale.

Dans le roman de Pierre Lemaître, la mise en scène était remarquable. Dans sa valeur documentaire comme dans son engagement, le livre pose la question du devenir des vétérans qui rentrent chez eux amoindris physiquement et psychiquement, comme celle du profit matériel et politique offert par les conflits guerriers à la perversité des spéculateurs. Si elle paraissait tout indiquée l’adaptation cinématographique de cette oeuvre n’en était pas moins risquée.

Une belle histoire sur l’Histoire
On pénètre d’entrée dans un  contraste saisissant entre la détresse du front et les salons de l’aristocratie parisienne d’où est issue Edouard Péricourt (Nahuel Perez Biscayart). Dupontel opère des coupes qui réduisent la profondeur des personnages mais il parvient à restituer ce moment insaisissable de la mémoire et de la sensibilité commun aux combattants. La reconstitution historique est léchée, les décors et les costumes, un véritable plaisir pour les yeux.

Dans le rôle du très méchant lieutenant arriviste Pradelle (Laurent Lafitte) frise la caricature tandis que Nahuel Perez, tire partie de sa gueule cassée pour se déployer, morphine aidant, dans un univers féerique.  On pense à Jean Marais dans LaBelle et la bête de Cocteau. L’acteur argentin éclaire l’irréel en opposition au monde du pouvoir pragmatique de son père très bien campé par Niels Arestrup.

Au revoir la-haut, est une belle histoire sur l’histoire. Il fait planer l’ombre du passé et ses atrocités sous un angle qu’on aurait préféré plus critique – le film nivelle quelque peu l’esprit de roublardise des deux poilus avec le calcul froid de la classe possédante et de ses laquais politiques. Il demeure cependant de bonne augure, à l’heure où les va-t-en-guerre sans mémoire ressurgissent aux quatre coins du globe.

JMDH

Sortie en salle le 25 octobre.

Source ; La Marseillaise 28/09/2017

Bande annonce

Voir aussi : Rubrique Cinéma, rubrique Livre, Littérature,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>