Patti Smith livre la carte de son existence

IMG_1454

«Je dois la fluidité de mon écriture à la littérature française.» Crédit Photo jmdi

Rencontre avec Patti Smith de passage à Sète pour une lecture de son dernier opus  M Train chez Gallimard

« Ce n’est pas facile d’écrire sur rien. » surtout si ce rien dessine « la carte d’une existence » comme le définit Patti Smith qui entraîne dans son dernier roman M Train le lecteur dans un parcours sensible de son univers artistique. On traverse le monde en dix-huit « stations » où se croisent les esprits, de Blake, Burroughs, Mishima, Kahlo, Muriakami, Bolano, Bowles… Mais aussi Ibsen,Tolstoï ou Puccini (version Bohème), que fait revivre Patricia Lee Smith dite Patti Smith.

Cette quête ou ce passage qui permet la transmission, est une ligne à laquelle elle s’est toujours tenue.  Alors qu’elle découvre Sète – à l’occasion de la lecture qu’elle donne à la Chapelle du Quartier haut à l’invitation de la bien nommée librairie L’échappée belle -, elle s’est trouvée ce matin attirée par le contraste des ombres.

Au cimetière marin, elle s’est arrêtée sur la tombe de Paul Valéry.  «  Cela m’a permis d’exprimer une gratitude à ce grand poète. C’est important de nourrir une forme de continuité » A cette heureuse occasion qui n’a rien d’un pèlerinage classique, sa curiosité s’est aussi éveillée sur la destination finale de personnes anonymes. « Je me suis sentie en phase avec le destin d’une petite fille de neuf ans, morte du choléra.  Je me suis questionnée devant la tombe d’un marin brestois, sur les raisons de sa présence ici. »

Peut-être est-ce cette ouverture au monde, cette façon d’être elle-même, qui ont porté le succès mondial de son autobiographie Just Kids sortie en 2010. Dans cet ouvrage, Patti Smith raconte son arrivée à New York, sans un sou en 1969, sa rencontre décisive avec le photographe Robert Mapplethorpe (emporté par le Sida en 1989) et leurs années de marginalité au mythique Chelsea Hotel. En France le livre s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires.

« Ce livre a été bien accueilli dans le monde entier sans que je le sente vraiment venir mais le succès en France ne m’a pas vraiment surprise, parce que les sentiments des grands auteurs français me sont familiers. Ils m’influencent depuis ma jeunesse. Je pense partager ces mêmes liens avec les lecteurs français. »

 

Photo JMDI

Photo JMDI

Lorsqu’on lui demande si son rapport à l’écriture est aussi fluide que son style, elle revient à la culture : «Je dois la fluidité de mon écriture à la littérature française qu’il s’agisse de poésie, de fiction ou de non fiction, Rimbaud, Genet, Modiano… La prose poétique de Nerval ou celle des romans policiers de  Doyle ou Simenon a nourri mon amour pour la langue. »

M Train est un roman libéré. « Ce n’est pas une suite de Just kids que l’on m’a demandé d’écrire pour raconter mon histoire. Avec M Train j’écris sur rien. C’est un mélange d’émotion, de lieux et de rencontres… J’aime que les gens rient lors de mes lectures. Il y a aussi des moments plus poignants où l’on peut verser quelques larmes. Si ça arrive je chanterai a cappela pour relancer la machine» (rire).

Comme à la lecture de ses livres, il émane de l’icone rock une paisibilité sincère qui pousse à l’empathie. N’y a-t-il plus rien pour éveiller sa colère ? «  T.R.U.M.P, répond-t-elle du tac au tac en cinq lettres. Ne me parlez pas du sort que l’on réserve aux réfugiés, de la déforestation ou de la fonte des glaces, mais dans le monde saturé par les bad news où nous vivons, la création est une alternative à notre quotidien qui offre le plaisir de s’extraire du monde. »

Patti Smith est née à Chicago d’un père danseur de claquette et d’une mère chanteuse de jazz. Pour vivre et élever leurs enfants les parents abandonnent leur carrière artistique. Le père s’emploiera dans le bureau d’une usine et la mère, comme serveuse dans un restaurant. Patti grandit ainsi à Pitman, une petite ville située dans le sud du New Jersey.

« Là  bas il n’y avait rien.  J’ai vécu une enfance dépourvue de culture. Mon goût pour les cafés vient peut-être de là. Il s’y passe toujours quelque chose. En même temps j’aime la solitude qui ouvre un accès à la multitude. Et puis j’adore boire du café, c’est mon seul vice. »

Jean-Marie Dinh

M Train Editions Gallimard 19,5€

Source : La Marseillaise 11/04/2016

Voir aussi : Rubrique Livre, Poésie, rubrique Rencontre, rubrique Musique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>