La Comédie du livre ouvre une fenêtre sur l’Afrique

Il ne sont pas de même facture les livres de l’historienne Catherine Coquery-Vidtovitch Petite histoire de l’Afrique, et de l’équipe franco-camerounaise composée de Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, et Thomas Deltombe auteurs de Kamerun, mais ils ont été publié simultanément (Editions La Découverte), et invitent tous deux à réajuster notre regard sur l’Afrique subsaharienne. L’occasion a donné lieu à un débat intéressant et suivi initié par la librairie Sauramps vendredi dans le cadre de la Comédie du Livre.

 

Catherine Coquery Vidtovitch

En 200 pages, Catherine Coquery-Vidtovitch signe un livre synthétique avec l’idée simple de s’en tenir au réel pour remettre les pendules à l’heure. « Non seulement l’Afrique a son histoire mais  celle-ci est la plus longue de toute », souligne utilement l’historienne.  A l’heure où cet aspect fait une entrée timide dans les programmes scolaires, les fausses représentations symboliques semblent en effet avoir la vie aussi longue que celle des Africains est courte.  La spécialiste démonte par exemple l’idée d’ethnie, utilisée comme une arme politique qui aboutit souvent à des guerres civiles. « L’ethnie est un faux concept comparable à celui d’identité nationale. Les trois-quarts des langues africaines appartiennent à la famille Bantoues qui n’est pas un terme ethnique, mais linguistique, équivalent des langues dites Indo-européenne. »  Son livre rappelle que l’histoire de l’Afrique est liée au monde méditerranéo-asiatique musulman et à celui de l’Océan Indien. « Les européens ne pénétrèrent le continent qu’en 1795 quand l’écossais Mungo Park atteignit le fleuve Niger, alors que les Arabes du Maghreb l’avait atteint dès le IXe siècle. »

Un cercle d’infériorisation

De même, si la traite dite, « négrière » qui fonde l’origine d’un mépris durable, est intensifiée au XVIIe par les européens, elle est animée par les arabo-musulmans dès le IXe siècle. « La grande différence c’est que les esclaves d’alors étaient aussi des blancs. L’originalité de la traite atlantique fut de déterminer une fois pour toutes la couleur des esclaves. » La construction négative du continent se confirma durant le siècle des lumières. « Si les philosophes du XVIIIe étaient hostiles à l’esclavage, leur attitude était plus ambiguë quand il était question des capacités mentales et intellectuelles des noirs. » Ces défauts de connaissances et ce mépris furent repris avec la conquête coloniale qui a mis un voile sur l’histoire africaine.

De la décolonisation au Cameroun à la Françafrique

A partir d’une enquête sur la décolonisation au Cameroun qui met en lumière les massacres à grande échelle perpétués par les autorités françaises et leur alliés locaux entre 1956 et 1961, le livre Kamerun exhume une phase aussi peu reluisante que méconnue de la relation franco-africaine. Le journaliste cosignataire du livre Manuel Domergue et l’écrivain camerounais Eugène Ebodé* en ont tracé les contours vendredi. Les méthodes employées par les autorités françaises pour venir à bout de l’Union des populations du Cameroun (UPC), créée par Ruben Um Nyobe, sont celles de la guerre moderne. Celles qui placent la population au cœur du dispositif répressif et confère une place centrale à « l’arme psychologique ». Mais pas seulement rappelle Eugène Ebodé : « Des villages entiers ont été rasés. L’armée française utilisait le Napalm qui était l’arme de destruction massive de l’époque. »

Le livre Kamerun revient avec précision sur le contexte politique. « La France n’a pas quitté l’Afrique en octroyant l’indépendance à ses colonies. Elle est partie pour mieux rester. Cachée derrière des régimes qu’elle a formée et qu’elle s’est arrangée à contrôler et à maintenir en place sur une longue durée, confirme Manuel Domergue. Le Cameroun occupe une place importante dans le pré-carré français en Afrique parce qu’il est le seul à avoir connu une résistance armée conséquente, et le premier à avoir accédé à l’indépendance hormis la Guinée. Mais la propagande a réussi à manipuler l’opinion publique. »

Il est temps que l’histoire rectifie une désinformation toujours en vigueur sur ce sujet et les livres sérieux trouvent une place de choix dans ce combat pour la vérité.

Jean-Marie Dinh

* Dans La transmission, (éd, Gallimard) l’écrivain recueille le témoignage enfoui de son père relatif à cette guerre qui ne dit pas son nom.

Voir aussi : Rubrique Livre, rubrique Lecture La comédie du Livre 2011, rubrique Afrique, Cameroun , les soldats français en Côte d’ivoire,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>