Conte du bambou après la pluie

lang-toi-1

Lang Toi le nouveau cirque vietnamien au Printemps des Comédiens

Le jour se lève sur un village vietnamien. Cette image paisible ouvre le spectacle. Elle est belle et le restera jusqu’au bout de la représentation. Une image qui vient contredire partiellement celle d’une mémoire cinématographique où le calme des villages est généralement suivi d’une intrusion brutale de l’armée – française ou américaine – et de scènes de violences insoutenables . Cette page-là est tournée. Ce que donne à voir Lang Toi mon village, c’est l’humanité d’avant-guerre qui a resurgi après-guerre. Parce que les fondements de la culture vietnamienne, son attachement profond à la terre ne semblent pas prêts de s’éteindre.

La nature reine

Ce n’est pas un hasard, si la toute première représentation de nouveau cirque créée au Vietnam a été conçue pour le musée des Arts Premiers du quai Branly. Le spectacle est un tout qui invite à la découverte de la culture vietnamienne. La scénographie et les costumes sont inspirés par la vie rurale des différentes ethnies vietnamiennes (on en dénombre 54). Elle remonte aux origines dans une continuité dramaturgique dont le tempo est calé sur la nature. Si le bambou s’y taille la place du tigre, la force et la souplesse des artistes, une vingtaine sur scène, sont proprement captivante. Rien ne résiste tout se transforme. Avec très peu de moyens, l’âme du peuple vietnamien se façonne sous le regard subjugué des spectateurs. Les groupes se font et se défont faisant par moment surgir la personnalité d’un artiste avant de la fondre dans l’énergie commune. Ce mouvement continu offre un hommage à l’impermanence de toute chose sans se prendre un instant au sérieux.

Captivante densité du style

lang-toi2Prendre le cirque comme témoin n’est pas une simple vision de l’esprit tant celui-ci a, sous l’influence chinoise, traversé les siècles. Les tableaux d’acrobatie, d’équilibre et de jonglerie s’enchaînent dans une parfaite maîtrise technique que l’on oublie captivé par la fluidité des mouvements. La place du rythme est prédominante. L’univers musical qui occupe une place de choix est assuré par un orchestre de cinq musiciens qui explorent avec virtuosité les sonorités des instruments ancestraux (vielle, tambour, flûte, cithare). et accompagnent les artistes sur scène.

Ce spectacle se réclame à juste titre du nouveau cirque du Vietnam. Pour n’être point classique, il n’en est que plus vigoureusement libéré des servitudes traditionnelles et politiques. Ce qui lui permet de renouer librement avec les origines : l’ingéniosité des paysans, le jeu, la poésie, le chant, la douceur et la mélancolie qui fondent l’esthétisme de la culture vietnamienne.

Nhat Ly et Lan Nguyen, les créateurs du spectacle sont français d’origine vietnamienne. Ils ont été formés à l’école nationale du cirque de Hanoi, ont puisé dans la culture occidentale en passant notamment par le cirque Plume et l’école de cirque de Chambéry. Tuan Lé, le metteur en scène,  a gardé sa nationalité vietnamienne, il vit entre Berlin et le Vietnam.  Nhat Ly vient de s’établir à Hanoi où il se consacre à la production de spectacle vivant. A l’image de Lang-Toi-mon village, ces artistes reviennent aux racines à travers une réinvention. Beaucoup plus qu’un simple exercice de style démonstratif leur proposition s’inscrit dans une réelle modernité qui n’a rien à voir avec le pastiche d’un art ancien. Il suffit de s’y rendre pour s’en convaincre.

Jean-Marie Dinh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>