Les œillets d’espoir de Pina Bausch

L’âme de Pina restituée intacte et sauvage. Photo Ulli Weiss

Danse. Le Théâtre de Nîmes accueille jusqu’à dimanche, les dix-neuf danseurs du Tanztheater dont l’épouse de l’imaginaire, Pina, fut la figure maîtresse.

Unique représentation donnée en France, Nelken (œillets), un des grands succès internationaux de la compagnie de Pina Bausch, occupe le plateau du Théâtre de Nîmes jusqu’à dimanche.* Dans le vaste répertoire de l’artiste, dont les danseurs poursuivent avec une sincérité indomesticable la transmission, cette pièce parle la langue de Pina Baush. Celle d’une danse-théâtre qui sort des rôles de composition pour approcher le réel.

Il y a la dimension symbolique avec cet immense parterre de fleurs qui évoque le jardin rêvé de l’enfance et le danseur « bowiesque », Lutz Forster, qui ouvre la pièce dans la langue des signes sur The man I love de Cole Porter. Il y a la dimension humaine qui traverse la mise en scène fragmentée avec ses émotions, ses failles et ses pulsions. La scène est un théâtre d’exploration intime où les danseurs se parlent, s’interpellent, s’aiment, se battent… L’émotion y circule de la colère au rire, de l’introversion à l’exubérance, de la souffrance au réconfort, parallèle aux contradictions de la mondialité, elle bascule soudainement de l’individuel au collectif et réciproquement.

Une éducation à l’altérité

Dans le bel hommage rendu au génie de Pina par Wim Wenders, les danseurs évoquent la capacité qu’elle avait à les voir de l’intérieur, à creuser en eux pour les faire danser. Exigeante, Pina Baush allait chercher la singularité des corps bien au-delà des apparences. Elle exprimait la violence de la société et dénonçait la séduction ; ce qui explique sans doute qu’elle ait toujours boudé le festival Montpellier Danse contrairement à Raimund Hoghe qui signe la dramaturgie de Nelken.

Le sens inouï de l’humanité de Pina a donné une éducation à l’altérité à ses danseurs qui franchissent naturellement la frontière entre l’espace scénique et public pour partager leur savoir être avec la salle. La notion même de spectateur semble se dissoudre devant cette communauté fragile dont la force des liens évoque une grande famille qui affronte le monde et célèbre les saisons. L’empathie que l’on éprouve peut aller jusqu’au sentiment d’appartenance à cette improbable fratrie. Tentation renforcée par la démarche des danseurs qui nous parlent et nous invitent au sens physique et psychique.

On ne saurait énumérer tous les ingrédients qui nourrissent l’esthétisme de Pina Bausch. Son œuvre contient un véritable concentré de la culture européenne, de la tragédie grecque, aux contes de Perrault, et à l’expressionnisme en passant par Boccace, Stravinsky, Pasolini et les Monty Python.

Créée en 1982 Nelken n’a pas pris une ride. A la fin, les danseurs  nous expliquent un à un les raisons les ayant conduits à devenir danseur. La boucle  est bouclée, l’âme de leur égérie nous est restituée, intacte et sauvage. Nelken est un spectacle qui  nous donne la force et l’ambition d’être ce que nous sommes vraiment, c’est exceptionnel !

Jean-Marie Dinh

La troupe donnera Ein stück von Pina Baush au  Théâtre de la ville à Paris en mai 2012.

Voir aussi : Rubrique Danse, rubrique Allemagne,

Une réflexion au sujet de « Les œillets d’espoir de Pina Bausch »

  1. Ping : Saison Montpellier Danse. « Le juge de paix, c’est la salle Berlioz du Corum » | Le vent se lève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>