Lodève. L’été culturel s’annonce avec Résurgence

Bug n’ Buzz de la Cie Concordance.  Photo dr

Bug n’ Buzz de la Cie Concordance. Photo dr

Festival Lodève
Désir d’évasion, d’arrière pays… Résurgence, le festival des arts vivants, dévoile sa troisième édition qui se tiendra du 20 au 23 juillet.

Lodève, ce n’est pas le bout du monde, mais ce pourrait bien être cet été le plus court chemin vers nos rêves de fraîcheur et de verdure. La petite commune de moins de 10 000 habitants bénéficie d’une politique culturelle très attractive et poursuit sur cette voie avec raison. Les travaux du Musée municipal touchent à leur fin, prochainement le nouveau musée proposera des services étendus aux visiteurs. En attendant la programmation se poursuit hors les murs. On pourra y découvrir du 8 juillet au 5 novembre les chefs d’oeuvres de l’estampe de la Fondation suisse William Cuendet. Une médiathèque devrait aussi voir le jour d’ici 2019 et il serait question d’une salle de diffusion pour le spectacle vivant…

Arts bien vivants
Le spectacle vivant qui prend pied dans la communauté de communes du Lodévois Larzac. Pour la troisième année, le festival Résurgence va surgir cet été dans les rues de Lodève avec 30 compagnies programmées et 60 représentations données en quatre jours. Il n’ambitionne pas les paillettes mais développe des arguments de poids en termes de diversité des formes, cirque, conte, théâtre, ciné concert, théâtre de rue, musique, autant de disciplines présentes aux quatre coins de la ville font de ce petit festival un lieu de découverte et de création. La programmation mise sur la qualité et le sens du partage collectif. Sensible à la crise générale vécue par les créateurs, une attention particulière est portée par son directeur, Franck Loyat, au soutien à la création.

Soutien à la création
Cette année le festival accueille notamment les nouveaux spectacles de la compagnie CIA, Dessous d’histoire, une grande fresque  théâtrale itinérante. Le texte signé Frédéric Michelet vient de paraître aux éditions Deuxième Epoque (ex Entre-temps) il est mis en scène par Manu Moser. On pourra aussi apprécier la dernière création de la cie Garniouse, Je m’appelle, d’après un texte d’Enzo Cormann qui évoque la cohorte des victimes d’un siècle de guerre économique mondiale, ou encore le projet musical Orient express, imaginé avec la cie La Vaste entreprise et son spectacle Légende une multitude de micro-récits qui fleurissent partout dans la ville sur un modèle commémoratif mais pour évoquer des gens inconnus et des faits ordinaires à l’échelle de la ville.

L’ambiance est garantie familiale et conviviale avec une sélection de spectacles tous public comme l’épopée absurde de la cie des 3 points de suspension, le ballet jonglé de la cie De Fracto, le spectacle de danse inventif et ludique Bug n’ Buzz de la cie Concordance où les objets du quotidien deviennent des instruments de musique, ou le western burlesque de la cie Annibal.

Résurgence déroule une belle proposition programmatique équilibrée et exigeante qui ouvre notre vision sur le voisin que nous négligeons parfois…

JMDH

Source La Marseillaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>