Les chats persans

Le film de la semaine

les-chats-persans

Negar et Ashkan, deux jeunes musiciens, sortent tout juste de prison. Tous deux sont à l’image de cette jeunesse iranienne qui cherche à exister dans un pays cadenassé par le régime islamiste. Ils aimeraient évidemment jouer en public mais ils savent bien que c’est impossible. Ils décident malgré tout de monter un groupe, tout en essayant de se procurer des papiers pour quitter le pays. C’est ainsi qu’ils tombent sur Hamed. Le genre de gars qui connaît tout le monde, qui vit de combines, qui en fait trop mais qui emporte la sympathie par sa sincérité et sa générosité. Commence alors une course à travers Téhéran, à la rencontre d’autres musiciens qui pourraient les rejoindre. Leur objectif : monter ce fameux groupe des Chats Persans, et organiser un concert clandestin pour financer leur fuite vers l’Europe.

Quand on sait que le film a été tourné en dix-sept jours et clandestinement dans les rues de Téhéran, et que le gouvernement iranien a tout fait pour que le film ne soit pas sélectionné au Festival de Cannes, on comprend que l’énergie qui déborde de chaque image est un grand cri du coeur pour la liberté d’expression. Dans ce manifeste musical, on est aux côtés de tous ces jeunes qui cherchent à s’émanciper, à prendre leurs distances avec le régime ultra-conservateur. On les imagine évidemment parmi la foule qui a manifesté dans les rues après les dernières élections factices.

Baham Ghobadi capte magnifiquement cette urgence, cette faim de liberté, cet enthousiasme de la transgression. Sa caméra ne lâche pas ses personnages, elle court, elle joue, elle respire avec eux. Certaines séquences sont quasiment tournées comme des clips musicaux, mais l’image n’est jamais lisse, jamais artificielle, elle garde ce côté brut qui fait tout le prix de ce film ancré au plus profond de la réalité iranienne, et plus spécifiquement téhéranaise.

Aujourd’hui au cinéma Diagonal à 20h15, le film sera suivi d’un débat avec le collectif montpelliérain de Solidarité avec le peuple iranien Ensemble pour un Iran démocratique.

Voir aussi : Rubrique Cinéma Téhéran, livre Clair obscure à Théhéran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>