Tous au Larzac : Incroyable histoire d’humains qui résistent

Le documentaire de Christian Rouaud présenté hier au cinéma Diagonal met du baume au cœur. Il conte l’histoire tumultueuse et humaine des 103 paysans du Larzac en lutte contre la grande muette pour préserver leur territoire et leur mode de vie. Comme dans son dernier film Lip, l’imagination au pouvoir, Christian Rouaud appuie son propos sur un triptyque historique politique et social. Le film repose sur le témoignage des principaux protagonistes qui relatent avec distance et honnêteté un combat qui a bouleversé leur vie en profondeur. « Avant j’étais normal, je votais à droite et j’allais à la messe. Ca a changer depuis », confie avec un rien  d’ironie Léon Maille, un paysan installé depuis trois générations sur le site.

 

Marizette Targuier

On suit par le menu le combat non violent qui commence le 11 octobre 1970 avec le projet d’extension du camp militaire du Larzac pour se finir avec l’élection de Mitterrand en 1981. Le parcours interpelle par sa nature. Il part de paysans isolés dans leur ferme qui se regardaient en chiens de faïence pour aboutir à une lutte collective qui intègre dans le temps des militants de tous les horizons, syndicats agricoles, gauche ouvrière et paysanne, maoïstes, communauté de l’Arche, anars, militants occitans, prêtres de campagne… Cette union improbable doit beaucoup à la personnalité de l’agriculteur Guy Tarlier dont la veuve Marizette, qui ne ménageait pas la teneur de son engagement, apporte un témoignage lumineux.

Avec ses images, le réalisateur fait également parler la nature qui donne à comprendre, pour ceux qui y sont nés comme pour ceux qui l’on rejointe, à quel point cette terre du Larzac est au centre de l’expérience humaine. Et par extension, à quel point, elle a pu agréger et canaliser le puissant attachement des Français à un certain type de continuité sociale et culturelle.

« Ce qui a caractérisé les luttes de cette période, n’est pas comme on l’a dit parfois, le dogmatisme gauchiste, mais une liberté d’invention et de ton, une fierté, une insolence, une imagination sans borne,» affirme le réalisateur. Christian Rouaud ne veut pas nous proposer un modèle, il nous invite à porter un regard neuf sur les luttes à entreprendre.

Jean-Marie Dinh

Tous au Larzac, sortie le 23 novembre.

Voir aussi : Rubrique Cinéma, Grandpuits et petites victoires, We want sex equality, rubrique Société, Mouvements sociaux,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>