Haut et en couleur avec l’intelligence qui punch !

we-want-sex-equality-dr

 

We want sex equality, c’est le film à voir et à garder en tête tant qu’il le faudra. Parce que les combats qui sont justes finissent toujours par être victorieux. Projeté à la veille du 8 mars en avant première au Diagonal le film a donné suite à un débat pour se rafraîchir la mémoire sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes bien après les sixties. 27% en défaveur des femmes, sur les rémunérations annuelles, selon la CGT.

L’un des grands mérites du film de Nigel Cole est de ne faire aucune impasse sur la situation. De la sphère intime à la sphère  sociale toutes classes confondues, en passant par l’éducation, le politique et l’économique We want sex equality pointe et démonte un à un les facteurs de la domination masculine, tout en restant dans un cinéma de divertissement beaucoup plus drôle que Bourdieu et tout aussi efficace.

Avec intelligence, le film met en parallèle l’engagement national exemplaire du peuple britannique durant la seconde guerre et le combat pour l’Humanité mené par les féministes ouvrières. Il rappelle au passage, le côté machiste des centrales syndicales.  C’est justement en pleines négociations salariales que l’héroïne Rita O’Grady, que rien ne prédisposait à sortir du rang, s’exprime pour la première fois coupant l’herbe sous le pied de son délégué syndical en train d’enterrer les revendications de ses collègues ouvrières. Tout en demeurant humaine jusqu’au bout des ongles, Rita ne lâchera plus. Et la justesse de son combat traversée de doutes lui donnera la force de bouger les lignes à l’échelle planétaire. Les faits sont historiques hormis le personnage de Rita imaginé par la scénariste à partir des témoignages d’authentiques grévistes de l’époque.

En 1968, l’usine Ford de Dagenham (Grande-Bretagne) employait 55 000 personnes, dont 187 femmes. 183 d’entre elles sont couturières, chargées d’assembler des revêtements de siège de voitures. Mais Ford les paie 15 % de moins qu’un salarié masculin. Afin d’être reclassées, elles se mettent en grève. Puis revendiquent la parité salariale. Au siège américain de Ford, on sourit. Jusqu’au jour où l’assemblage des voitures est bloqué. En trois semaines, l’entreprise perd 8 millions de livres et menace de délocaliser. Le Premier ministre, Harold Wilson, charge Barbara Castle, secrétaire d’Etat à l’Emploi et à la Productivité, de régler le problème. Ce qu’elle fera en recevant huit grévistes, à qui elle promet de légiférer. En 1970, l’Equal Pay Act contraint les employeurs à rémunérer également hommes et femmes.

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Cinéma, Grandpuits et petites victoires, Tous au Larzac,, rubrique Société, Mouvements sociaux, rubrique Droit des femmes,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>