Main basse sur l’information

control-info

Un communiqué du SNJ-CGT

Le pluralisme, ou ce qu’il en reste, maintenu bon gré mal gré dans notre pays notamment par un système de distribution mutualisé des titres de presse écrite est-il en train de connaître ses ultimes moments sous les coups de boutoir des grands groupes de presse et de leurs obligés au sein du parti majoritaire ?


Le Premier ministre avait missionné un inspecteur général des finances, Bruno Mettling, pour se pencher sur l’avenir de Presstalis, le nouveau nom des Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP). Est-ce un hasard ? Le rapporteur a dessiné l’avenir de l’entreprise à partir du seul critère de sa situation financière, en décrétant l’état d’urgence, annonçant même le dépôt de bilan si sa réforme n’était pas mise en œuvre rapidement.


En premier lieu, le rapport préconisait l’abandon du statut de coopérative pour celui de société anonyme, permettant ainsi la sortie du groupe Lagardère de son capital et de son rôle d’opérateur.


Le rapport propose, société anonyme oblige, une augmentation des coûts de traitement et d’acheminement des quotidiens (2,5 %) et des magazines (1 %) pour « restaurer l’exploitation ».


Le rapport Mettling prévoit ainsi de fermer la filiale SPPS de Presstalis (ex-NMPP). SPPS, le plus gros dépôt de France, distribue la presse quotidienne nationale (PQN) à Paris et dans une dizaine de villes des alentours de la capitale, représentant un quart de sa diffusion totale.


Les salariés de ce secteur avec leur syndicat CGT  (SGLCE), confrontés à la plus dangereuse réforme du système de distribution héritée de la loi Bichet, ont dénoncé la grave menace non seulement sur le réseau, mais aussi sur l’emploi puisque 225 emplois sur 269 doivent disparaître. Le SGLCE a fait des propositions pour réduire le déficit à SPPS estimé, selon Presstalis, à 26 millions d’euros en 2011.


L’Etat, garant du pluralisme? Bien au contraire, selon le dogme libéral, il crée les conditions pour la fermeture des titres qui ne pourront pas supporter le nouveau système libéral des messageries. D ‘ailleurs, le médiateur désigné pour sortir de la crise, Roch Olivier Maistre, fait pression pour la fermeture de SPPS contre la remise de fonds pour sauver l’entreprise de distribution.


Le groupe Lagardère, encore actionnaire à hauteur de 49% de Presstalis, va-t-il saborder la distribution en France en s’en retirant? Pour mettre ses titres avaleurs de publicités en situation de monopoles dans les kiosques après avoir réduit le nombre de ses prétendus concurrents? La recherche du profit maximum, pour être agréable à ses actionnaires, entrainera-t-elle le sabordage des titres de presse les plus fragiles ?


Pour le SNJ-CGT cette situation est extrêmement dangereuse car ce sont les titres d’opinion et notamment les plus faibles économiquement qui risquent d’être touchés par cette réforme.


Si l’on ajoute qu’un autre rapport, celui d’Aldo Cardoso (Pdg par intérim du cabinet Andersen et par ailleurs administrateur de GDF Suez, Accor, Rhodia, Orange, etc) , portant sur la réforme des aides à la presse va à l’autre bout de la chaîne faire pression là aussi sur les titres à faible revenu publicitaire.


Les tenailles du libéralisme, si rien n’est fait contre ces plans mortifères, risquent de se refermer sur le pluralisme de la presse.


En clair, tant le rapport Mettling que le rapport Cardoso vont constituer des points d’appui majeurs aux groupes multimédias internationaux – comme le souhaitait Nicolas Sarkozy lors des Etats Généraux de la Presse Ecrite – pour se renforcer et réduire encore plus le choix des lecteurs dans l’hexagone.


N’est-ce pas le  vieux rêve de Georges Pompidou qui se met en marche: le président de l’époque souhaitait en effet n’avoir qu’un quotidien le matin et un autre le soir…?


Un monde de la presse acquis aux concepts du marché, du tout libéral, du soutien au clan majoritaire pour 2012: voilà ce qui nous est promis par ces réformes qui touchent à toute la chaîne de la production : fermeture d’imprimeries, recapitalisation des titres comme Libération  et Le Monde, avec main mise des banques sur les médias, comme le Crédit Mutuel prenant le contrôle du plus grand groupe de presse régionale, EBRA, diffusant de la frontière belge à la frontière italienne plus d’1,2 million de quotidiens par jour, mise en cause de la distribution.


Après l’audiovisuel, Sarkozy et son entourage font main basse sur la presse écrite pour assurer sa réélection en 2012, mettre tout le système informationnel au service d’un clan et d’une politique, celle du capitalisme le plus sauvage, destructeur des acquis sociaux.


C’est donc tous ensemble que les salariés des médias de la presse doivent se mobiliser et informer les citoyens des dangers de la situation. Car, demain, si rien ne fait obstacle à ces mesures annoncées, Xavier Bertrand ne se contentera pas d’éructer quand on lui pose des questions « gênantes », mais il n’y aura plus de journaliste pour les lui poser, mais seulement des « passeurs » de micro.

Voir aussi : rubrique Médias rubrique On line SNJ-CGT,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>