Vers un printemps démocratique arabe ?

La révolution en Tunisie est-elle le signe annonciateur d’un printemps démocratique arabe ? Le renversement en un temps record du président Zine El-Abidine Ben Ali, le 14 janvier, est sans précédent au Maghreb comme au Proche-Orient.

Le régime jeté à bas, avec courage, par les manifestants tunisiens comportait plus d’un point commun avec une certaine norme régionale: extrême concentration du pouvoir, kleptocratie, surpuissance du maillage policier, étouffement systématique de toute forme d’opposition et onction démocratique de façade obtenue par le détournement des élections politiques ou socio-professionnelles, le tout justifié au nom d’une spécificité culturelle ou nationale. Dans ces régimes autoritaires, l’opposition a été réduite à l’islamisme politique, un épouvantail commode instrumentalisé pour obtenir le soutien peu exigeant de leurs alliés occidentaux.

Même s’il est encore trop tôt pour savoir ce qu’il adviendra de la révolution tunisienne, l’éviction de M.Ben Ali constitue une réfutation de la thèse d’une exception arabo-musulmane en vogue après l’effondrement des dictatures d’Europe centrale ou d’Amérique du sud. Une thèse qui nie, il est vrai, les « moments démocratiques » expérimentés dans la première moitié du XXe siècle en Egypte, en Syrie ou en Irak.

Compte tenu de son histoire (une indépendance obtenue pacifiquement) et de l’existence d’une classe moyenne éduquée, le fait que la première révolution arabe postérieure à la décolonisation survienne en Tunisie ne surprendra personne. Pour reprendre en le renversant le titre d’un ouvrage collectif dirigé en 1994 par le politologue Ghassan Salamé (Démocraties sans démocrates, Fayard), la Tunisie était avant la révolution de janvier2011 une terre de « démocrates sans démocratie ».

VERROUILLAGE POLITIQUE

Cette singularité tunisienne limite-t-elle les éventualités de transformations politiques similaires ? Les régimes autoritaires de la région, au cours des dernières années, se sont adaptés aux circonstances en rompant avec le dirigisme économique souvent désigné par l’expression de « socialisme arabe » au profit d’un modèle chinois ou singapourien conjuguant l’ouverture économique et le verrouillage politique. Ce nouvel équilibre ne met pas à l’abri des surprises, c’est la leçon de l’exemple tunisien qui s’inscrivait pourtant dans ce cadre.

L’inquiétude qu’il alimente aujourd’hui peut être vérifiée dans la célérité manifestée par les autorités algériennes ou jordaniennes à répondre par des mesures budgétaires aux tensions conjoncturelles créées par la nouvelle hausse mondiale des produits alimentaires de base. La Libye et le Maroc ont également pris des dispositions en ce sens. Face aux turbulences, les régimes du Maghreb ou du Proche-Orient ne sont pas sur un pied d’égalité. Ceux qui sont dépourvus de ressources pétrolières sont en effet privés des moyens d’acheter une temporaire paix sociale.

Gilles Paris Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>