1 099 jours de détention pour Ingrid Betancourt

Trois ans après son enlèvement, le comité de soutien montpelliérain d’Ingrid Betancourt souhaite élargir la mobilisation pour obtenir sa libération. Jeune et assoiffée de justice, Ingrid Betancourt a tout d »une femme politique dérangeante. Franco-colombienne, elle née en 1961 et a grandi entre Bogota et Paris dans une famille qui ne manque de rien. Son père était ambassadeur de Colombie à l »UNESCO. Sa mère fut adjointe au maire de Bogota, députée et conseillère de Luis Carlos Galan , le candidat à la présidence, assassiné en 1990.

C »est le meurtre de cet homme intègre, prônant l »extradition des narcotrafiquants vers les Etats-Unis, qui fera comprendre à Ingrid que sa place est en Colombie. Ingrid veut se rendre utile en Colombie, pays où se joue depuis plus de cinquante ans un conflit meurtrier avec, en toile de fond, la corruption et la drogue. Elle s’engage en politique et après plusieurs succès électoraux fonde le partido Verde-Oxigeno avec lequel elle brigue la présidence de la république. Mais le 23 février 2002, au début de la campagne, Ingrid et sa directrice de campagne Clara Rojas, sont enlevées par australia pokies les FARC, groupe marxiste d »influence guévariste, le principal mouvement de guérilla de Colombie. Sophie Sudre, membre du comité de soutien montpelliérain, dit avoir découvert le combat d’Ingrid en regardant une émission de télévision : « J’ai trouvé son combat passionnant et j’ai voulu m’investir explique-t-elle. En France on ne parle pas de la Colombie. J’ai découvert ce pays à travers mon implication. »

Le pays vit une guerre civile qui oppose le gouvernement, les milices de droite et les mouvements de guérilla qui combattent pour le partage des revenus du narcotrafic. « Des milliers d »enlèvements ont lieu chaque année. Il faut savoir que 80% des enlèvements dans le monde ont lieu en Colombie. Le combat que nous menons pour Ingrid est aussi celui des 3000 autres otages retenus en Colombie. »

Les Verts sont partie prenante du combat d’Ingrid Betancourt, la Ville de Montpellier l’a officiellement faite citoyenne de la ville. Mais les comités de soutien souhaitent aussi que le portrait d’Ingrid soit affiché à coté de ceux de la journaliste Florence Aubenas et son interprète Hussein Hanoun Al-Saadi, disparus le 5 janvier dernier en Irak.

Jean-Marie Dinh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>