Le cirque Romanès guidé par une « brindille sur le bord du chemin »

Photo Marie Clauzade.

Photo Marie Clauzade.

Rien dans les poches ». Le cirque tsigane Romanès, c’est presque comme à la maison jusqu’à mercredi au Printemps des Comédiens

Un jour on les voit passer, un autre ils s’arrêtent là où vous habitez, gonflent la toile de leur chapiteau et partagent quelques moments de votre vie avec la leur. C’est comme ça, chez les Romanès, on a le sens de l’hospitalité. On vous accueille au cœur. Toute la famille est là assise face à vous. Ce sont au moins trois générations réunies et disponibles qui participent au spectacle endiablé par une troupe de cinq musiciens qui rythment les numéros d’un bout à l’autre de la représentation.

Fondée par Alexandre Romanès, la troupe de cirque tsigane est née en 1994. Equilibriste et dresseur, l’homme est issu de la famille Bouglione dont il se sépare à vingt ans pour y revenir plus tard en choisissant la vie libre et nomade du cirque itinérant. Alexandre est aussi un auteur. Il écrit des poèmes sur les conseils de Jean Genet qu’il rencontre en 1976 lors d’un spectacle de rue à St Germain des Prés. Tous deux entretiennent une longue amitié jusqu’à la mort de l’écrivain dix ans plus tard. Genet n’avait pas tort. Celui qui ne savait ni lire ni écrire apprend pour exprimer ce qu’il vit. Comme sur les planches, ses mots forment des petits moments représentatifs de ce qu’il ressent « Moi je préfère la brindille sur le bord du chemin et la tresse impeccable des petites filles. » Aujourd’hui son troisième recueil de poésie vient d’être publié chez Gallimard.

Sur scène, Alexandre tient son rôle de chef de famille. Il veille au grain. C’est l’homme orchestre, celui qui assure la sécurité des petits et dit aux grands de bien se tenir. Il paraît difficile d’évoquer un numéro en particulier parce que c’est la famille dans son ensemble qui est l’esprit conducteur. On ne sait jamais vraiment ce qu’il y a d’écrit sous leur crane. Ce sont des poètes, ceux dont les ailes montent et descendent. Ils ont des yeux dans lesquels entre la lumière. Enfants de la balle, acrobates, trapézistes, jongleurs, funambule se succèdent à un rythme effréné entraînant les spectateurs dans un grand vertige. Le chapiteau est un peu grand pour parvenir à nous perdre totalement. Mais la tête tourne suffisamment pour nous faire rejoindre un ailleurs. Demain à l’aube, ils partiront vers une nouvelle destination tirée au sort.

Jean-Marie Dinh

Une réflexion au sujet de « Le cirque Romanès guidé par une « brindille sur le bord du chemin » »

  1. absolument éblouis par ces personnes les plus libres d’europe, que l’on traite avec mépris, simplement parcequ’elles sont libres, de vivre leurs vrai vie ! c’est beau ! et frustrant pour ceux qui ne peuvent pas ! et qui plus est sont des artistes nés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>