Le classique de Calderon traverse le temps

calderon

Photo Philippe Chardon

La vie est un songe est à l’affiche du théâtre des Treize Vents. L’œuvre majeure de Calderon (1600-1681) donnée dans une mise en scène très aboutie de William Mesguich, mérite le déplacement.

Sans renier l’héritage de son père Daniel, William n’a pas la réputation de se reposer sur ses lauriers. Il y a quelques années, il choisit avec sa compagnie Le Théâtre de l’étreinte, de tracer son propre chemin en adoptant la pratique de Molière qui les conduit à parcourir la France à pied pour porter le théâtre là où il n’existe pas. Cette pratique théâtrale de conviction contribue à la redécouverte du texte fort, profond et équilibré du dramaturge espagnol.

Ecrite en 1635, La vie est un songe correspond à la période la plus intéressante de Calderon avant que celui-ci n’entre dans les Ordres. Par ses composantes, notamment le thème de l’illusion, l’intrigue peut évoquer les drames shakespeariens. Comme celle de l’auteur d’Hamlet, l’écriture de Calderon développe une fascinante mécanique de théâtre. Dans un registre sensible moins politique et sanglant, il s’attache davantage à la souffrance psychologique et à la dimension philosophique. Dans cette pièce, la mort ne répond pas à ceux qui l’appellent. Elle vient frapper Clairon, celui qui la craint le plus et n’appartient pas à la noblesse.

L’histoire se situe en Pologne. Le roi Basile voit des présages funestes lors de la naissance de son fils dont la mère meurt en couche. Les signes annoncent que Sigismond renversera et tuera son père pour s’imposer comme un tyran. Pour échapper à ce destin, il le déclare mort-né et l’enferme dès sa naissance dans une zone interdite de son château. Mais gagné par le remords, il décide de lui donner une chance quand l’heure vient de trouver un successeur. Sigismond sera drogué et à son réveil, il se retrouvera Prince. S’il déjoue les présages, il deviendra roi. S’il échoue, il sera renvoyé dans sa prison

Dans cette pièce de l’inquiétude et de l’angoisse, les pistes et les chemins à explorer laissent l’embarras du choix. Le parti pris de mise en scène se libère des convenances de l’âge d’or espagnol sans se couper de la dimension baroque. L’esthétique des décors et la scénographie allient la modernité au côté sombre que recèlent les toiles de Velázquez. On se laisse embarquer dès la première scène par des acteurs irréprochables.

Prisonnier de sa cage de verre, Sigismond n’a vécu que de souffrance. Fils oublié par son père, il se questionne sur ce destin tragique qui lui échappe. A cette question douloureuse et universelle que pose la recherche identitaire, s’adjoint celle du pouvoir et de l’imposture. William Mesguich saisit la notion de transfert qui résonne dans l’œuvre comme une atteinte à la vie et à l’exercice de la responsabilité. Il parvient à toucher notre conscience collective contemporaine. Et dévoile ses peurs face à l’avenir où la fin justifie la volonté stérile et injuste de maîtriser le destin, en usant de tous les moyens. Quand la vie consent au sacrifice de la jeunesse et alimente les guerres préventives, le songe devient terrifiant.

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>