Garouste : La force de l’intemporel contemporain

Gérard Garouste : La vérité ne peut s’aborder qu’avec les mythes et les contes

Il ne faut pas manquer les œuvres (peintures, toiles, bronzes) de Gérard Garouste visibles depuis hier au Carré Sainte-Anne. Les toiles de l’artiste nous introduisent dans un monde baroque fait de l’étoffe des mythes où se mêle une acuité toute contemporaine. Peuplés d’étranges oiseaux, d’hommes et insectes à la fois constructeurs et destructeurs, l’œuvre touche les espaces éternels d’un monde infini. Elle orne déjà la République depuis les plafonds du Palais de l’Elysée jusqu’au rideau de scène du Théâtre du Châtelet.

Le choc que l’on éprouve au Carré Sainte-Anne crédite l’idée du collectionneur Bernard Macini – invité à Montpellier pour sa généreuse contribution – selon laquelle l’artiste français figure parmi les plus grands peintres contemporains de son époque. On ressent fortement les choses que nous révèle la vision inspirée de l’artiste y compris celle qui nous échappe. Pour tout saisir, il faudrait être doté des cent yeux d’Argus dont seulement cinquante se ferment durant son sommeil.

« Pour peindre, j’ai besoin de textes fondateurs, explique Gérard Garouste, parce que la vérité ne peut s’aborder qu’avec les mythes et les contes. Je ne crois pas à l’Histoire qui est truffée d’erreurs. »

Dante et Rabelais

L’exposition installée au Carré Sainte-Anne s’intitule, Gérard Garouste et la Source, une association que le peintre a fondée en milieu rural pour promouvoir l’art et la culture auprès des jeunes issus de milieux sociaux défavorisés.

Elle recoupe plusieurs périodes de la carrière de l’artiste entre 1985 et 1998. On y découvre une succession d’œuvres, d’une grande intensité, dont les peintures créées en parallèle aux chants de la Divine Comédie de Dante ou encore la Dive Bacbuc. Une installation qui se présente comme une arène de six mètres de diamètre inspirée de l’œuvre de Rabelais.

« Avec cette pièce, j’ai voulu transmettre le combat de Rabelais qui souhaitait sortir des dogmes. Pour y parvenir il avait recours au comique et au grotesque, qui exprime un non dit. C’est une toile fermée sur elle-même. Les thèmes abordés sont annoncés à l’extérieur. Pour conserver l’idée du secret on ne peut jamais voir l’ensemble intérieur, mais les détails successifs qui le composent. Le secret reste caché on doit le découvrir par nous-même. »

La Source à Montpellier ?

Les œuvres de collaboration artistes-jeune public sont parallèlement présentées à la Galerie Saint-Ravy. « L’expo est un peu un cheval de Troie, pour ouvrir de nouveau champs à l’association, qui met l’art au service du social », confie Gérard Garouste. L’idée d’une prolongation locale des actions de l’association est d’ailleurs à l’ordre du jour. Dans ce projet, l’implication de l’artiste est totale. « La Source n’est pas une école elle transmet le sens de la liberté et de la responsabilité. Cela donne du sens à ma peinture  au niveau du fond. Quand je pense à la postérité j’aimerais que  la Source soit ce qui reste de mon art. »

Entre Redon, Brassaï et Garouste, Montpellier s’impose cet été comme une escale incontournable et singulière aux amateurs d’art. Prenons le temps d’en profiter !

Jean-Marie Dinh

Les deux expositions sont visibles jusqu’au 11 septembre 2011

Voir aussi : Rubrique  Exposition, Rubrique Montpellier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>