Le kabuki-za va fermer ses portes à Tokyo

kabukizaLe Kabuki-za est une salle dédiée au Kabuki, une forme d’art traditionnel japonais mêlant chant danse et art dramatique et qui met en scène des hommes vêtus de costumes et de coiffes spectaculaires. Le répertoire du Kabukiza comporte des pièces d’amour, des pièces mythologiques et historiques, par exemple Suicide amoureux ou encore Moritsuna jinya no dan (Le Quartier général de Moritsuna).

A Tokyo la salle Kabuki-za est incontournable, avec ses 1600 places c’est un haut lieu de la culture, et que l’on soit gaïjin (étranger) ou nihonjin (japonais) il est très facile de reconnaître ce petit bijou d’architecture grâce à ses toits japonisants et ses écharpes rouges. Le bâtiment a vu le jour le 21 novembre 1889. En 1923, il fut complètement ravagé par un incendie. À peine reconstruit, il partagea les souffrances du peuple japonais et fut complètement ravagé par un séisme avant de subir les bombardements américains de 1945. Le Kabuki-za dans sa version actuelle a été édifié en 1950 et il est dirigé par la société de production cinématographique Shôchiku.

En 2009, la société avait dévoilé des plans de construction concernant un gratte-ciel, d’une cinquantaine d’étages intégrant des traits du Kabuki-za. Apparemment, la construction de cet immeuble devrait être achevée en 2013. Pour justifier la démolition du vieux théâtre et la naissance de ce colosse de fer la société Shôchiku a avancé une suite de problèmes concernant la sécurité de l’établissement : il semblerait que les locaux ne soient pas dotés de structures spécifiques pour les personnes handicapées ou âgées et qu’il ne réponde pas aux normes de sécurité sismiques en vigueur. Ne s’agit-il pas d’un prétexte pour construire un nouveau building au lieu de réhabiliter un lieu chargé d’histoire et cher à beaucoup de personnes. Le phénix Kabuki-za, a déjà réussi à renaître plusieurs fois de ses cendres par le passé. Réussira t-il à nouveau une résurrection dans un autre endroit de Tokyo? On l’espère.

Minoes (Actu litté)

Voir aussi : Rubrique Théâtre La naissance du théâtre moderne, Japon De Goldorak à la cérémonie du thé, Musique, Expression Nô à l’Opéra, Danse La danse des ténèbres, Saburo Teshigawara physique et spirituel,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>