Le destin meurtri d’un fils de colons

afrique-du-sudRoman étrangerL’odeur des Pommes de Mark Behr. Une troublante histoire qui dessine l’Afrique du Sud des années 70.

On découvre l’Afrique du Sud des années 70 à travers les yeux d’un enfant blanc de dix ans qui rêve un jour d’être aussi fort que son père, un général de l’armée sud africaine. Le jeune Marnus vit une enfance paisible. Il reçoit une éducation rassurante, catholique et ordonnée. Dans la douceur de la maison familiale, il hérite des valeurs de son père fier et sans crainte. « Tu n’as pas peur de te couper ? » lui demande-t-il en l’observant se raser. Sa mère consacre son temps à prendre soin de lui. Depuis qu’elle a mis un terme à sa carrière de cantatrice internationale, son regard se perd parfois dans ses pensées. Et puis il y a cette solide amitié avec Frikkies son petit copain de classe avec qui il découvre le monde. A première vue, il semble que la violence ne pénètre pas directement à l’intérieur de ce foyer modèle, pas plus que dans le quartier résidentiel choisi comme terre d’asile par ses parents. Ceux-ci ont abandonné leurs terres en Tanzanie après la nationalisation socialiste. Un jour, pourtant, le fils de la nourrice noire est retrouvé gravement brûlé par le moteur d’un train…

C’est toute l’essence de la culture de l’apartheid que transmet Mark Behr à travers ce premier roman écrit en Africaan en 1993 et jamais traduit en français jusqu’alors. L’auteur lui-même originaire de Tanzani puis exilé en Afrique du Sud, use de la naïveté pour révéler l’intensité d’un drame sourd. Le lecteur découvre par le biais d’une double structure ce qu’il est advenu de ce sujet pensant qu’il retrouve bien plus tard sur le front de l’Angola. La haine a germé dans son être. La trame éducative de Marnus qui a besoin d’être guidé dans son cheminement intellectuel et existentiel, va basculer avec l’arrivée du sympathique et mystérieux M. Smith. Un général chilien, ami de son papa, accueilli dans le foyer familial. La vie n’est pas si rose, elle est même parfois semée de sérieuses embûches.

Jean-Marie Dinh

Mark Behr, L’odeur des pommes, Editions Lattès, 20 euros à paraître le 10 mars

Voir aussi : Rubrique Littérature : Les lumières noires de Harlem,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>