Pulsatilla sur le grill

« La cellulite c’est comme la mafia ça n’existe pas ». Il faut bien dire que le livre de cette jeune Italienne a éveillé les légitimes soupçons de la cellule antiterroriste qui, vigipirate oblige, s’est déplacée, lors de sa venue à Montpellier, pour en avoir le cœur net. C’est entre autre la raison pour laquelle, vite fait bien fait, l’interview programmée par le réseau Sauramps s’est transformée en interrogatoire. Ce qui est à peu de chose près,  la même chose.

Nom, prénom, date de naissance…

« Mais euh… je suis auteur j’avais rendez-vous avec un journaliste. Il n’est pas là ? »

L’inspecteur au traducteur, menaçant de se mettre en colère : dites-lui que ça commence très mal. C’est pas parce qu’on est chez Polymôme qu’on est venu pour jouer. Et qu’elle arrête de poser les questions. Compris ?

Alors on reprend. Nom, prénom, lieu et date de naissance …

« Dina Poly, née le 29 août 1981 à Foggia ».

Foggia, c’est sympa cette ville. Les gens ont de fermes convictions là-bas. Ils votent pour le parti Forza Italia. Je connais le parking du centre commercial. On s’y est promenés avec ma femme… Bon… Dites-moi, pourquoi vous avez dédié votre bouquin à vos parents qui ont fricoté avec l’extrême gauche, et aussi à ce type inconnu qu’est pas dans nos fiches ?

« Pour le type ça s’est fait un soir d’ivresse. Il m’a demandé : Tu me dédies ton livre et j’ai répondu : Un peu ouais ! Je ne sais plus qui sait. Pour mes parents, s’ils avaient pu être un peu plus riches, ils n’auraient jamais été de gauche. D’ailleurs, ils m’ont toujours conseillé de faire un bon métier. »

Ouais ! ah ah, comme tous ces foutus communistes qui veulent que leurs enfants soient médecin ou avocat. Vous confirmez avoir  fait des études religieuses ?

« Oui. Et je suis restée catholique. Je pense même me marier et avoir trois ou quatre enfants. Mais les études, j’en garde un très mauvais souvenir ».

A cause de vos mauvaises fréquentations avec les toxicos. Et vous continuez les stupéfiants en pensant que ça vous aidera dans vos prières peut-être ?

« Oui, c’est vrai je suis restée fumeuse ».

Il suffit de vous lire pour le savoir. On passe sur vos expériences sexuelles qui vous ont quand même laissé le temps de lancer votre blog…

« J’ai fait ça à 22 ans pour occuper mes heures d’ennui. Un éditeur est tombé dessus et m’a proposé de faire un livre qui a bien marché ».

Oui 100 000 exemplaires, ça fait un paquet de pognon. Que faites-vous de tout ce fric ?

La jeune fille s’impatiente comme si elle avait envie de faire pipi. Son traducteur prend le relais :

« Elle dit qu’elle a tout dépensé en Sushi. »

Qu’avez-vous mangé à midi ?

« Une petite daurade avec des courgettes et des aubergines. Plus un petit café ».

Pointant du doigt ses pieds : et ces chaussures, combien elles vous ont coûté ? 

« Trop cher. Mais j’en consomme beaucoup parce que j’ai l’habitude de les jeter sur mes boyfriends ».

Commencez pas avec les anglicismes. Zidane vous en pensez quoi ?

« Il est chaud ».

Moi j’aime bien votre président. Il est comme le nôtre, il parle vrai. Par exemple quand il dit que la gauche n’a pas de goût pour les femmes, il n’a pas tort. Mais d’après vous qui a le plus de cellulite, sa femme ou Carla ?

« Question difficile, parce que chez elle, la cellulite est bien cachée à l’intérieur du cerveau ».

A la page 214 de votre bouquin Vous dites « que la vérité ça simplifie la vie ». Vous y croyez vraiment ?

« Je ne mens jamais. C’est trop fatigant de mentir ».

Bon ça va, circulez. On vous laisse libre… pour cette fois.

« La cellulite c’est comme la mafia ça n’existe pas », Au diable Vauvert, 17 euros.

La rançon du succès éveille autant de soupçons que l’innocence

Photo : François Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>