La nature humaine contrevient aux lois du marché

Essai. L’association Psychanalyse sans frontière recevait mardi  Marie-Jean Sauret pour « Malaise dans le capitalisme ».

Marie-Jean Sauret est psychanalyste et professeur de psychopathologie clinique  à l’université de Toulouse-Le Mirail. Ses travaux approchent la croyance et la politique. Dans son dernier ouvrage « Malaise dans le capitalisme », il soutient que la psychanalyse a un rôle à jouer dans l’élaboration de concepts permettant de trouver un équilibre entre les revendications de l’individu et les exigences culturelles de la collectivité. Un apport répondant au pouvoir d’agir qui se révèle comme un besoin humain d’autant plus fondamental que le fonctionnement capitalistique global impacte notre rapport au groupe.

Pathologie du lien social

Le caractère pathogène du capitalisme et ses effets sur la santé mentale ne sont plus à démontrer. Marie-Jean Sauret ordonne la pathologie du lien social : généralisation du mensonge, des affaires, justification des guerres, poids de l’influence de l’opinion,  montée de la violence, dégradation des savoirs traditionnels. Il souligne la montée d’un climat paranoïaque avec le succès des thèmes de l’insécurité, des fichages et du harcèlement moral. S’il évoque l’expansion des mouvements religieux, notamment extrémistes, l’auteur ne pose pas un diagnostic relatif à la religion « qui invite à s’en remettre à l’autre ». Il s’attache à l’espace politique « pour récupérer la responsabilité du monde que nous vivons » contre la conviction d’une détermination économique inéluctablement orientée vers le marché global. « La question de la politique se confond avec celle de la possibilité de décision du sujet. »

Faire communauté avec la différence

« Il ne paraît pas qu’on puisse amener l’homme par quelques moyens que ce soit à troquer sa nature contre celle d’un termite. Il sera toujours enclin à défendre son droit à la liberté individuelle contre la volonté de la masse », assure Freud. Pour Lacan, le lien social désigne la façon dont un individu arrive à loger le plus singulier de ce qu’il est dans « le commun ». « La question n’est pas de savoir comment faire communauté avec son semblable  ou celui avec lequel nous sommes dans une relation aimable mais avec la différence, le dangereux et avec lequel la relation et de haine. »

Le lien social contemporain, celui du capitalisme, est dominé par la science et le marché que Lacan caractérise comme «  la copulation du discours capitaliste avec la science » exploitant la structure du sujet désirant pour lui faire croire  que la science fabriquera  l’objet qui lui manque et qu’il n’aura qu’à se servir sur le marché. Sans le secours d’aucun lien social établi.

La forme de vivre ensemble qui découle du capitalisme, est celle qui valorise l’utilitarisme, la consommation et la jouissance qui consume. Marie-Jean Sauret met en évidence trois aspects liés aux conditions de la globalisation : « La nature du modèle  de « tout »  qui  tend à s’imposer, le destin de la démocratie et du politique, et l’opération sur la langue qui semble l’accompagner ». Deux problèmes sont ainsi soulevés : celui des conséquences néfastes du capitalisme pour le sujet et le lien social et celui d’une conception du sujet sans actes possibles. Que peut apporter la psychanalyse en ce domaine ? Elle possède une expérience du défaire pour construire une singularité du vivre ensemble, observe l’auteur qui nous invite à exploiter les ressources humaines en notre possession pour faire face .

Jean-Marie Dinh

Malaise dans le capitalisme, Presse universitaire du Mirail 23 euros

 

Voir aussi : Rubrique Société, Sciences Humaines, Psychanalyse un douteux discrédit, rubrique Rencontre Daniel Friedman, Rolan Gori,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>