Se remettre les idées en place sans crainte

Michela Marzano nous invite à aller vers les autres et à renouer avec notre propre altérité.

Michela Marzano nous invite à aller vers les autres et à renouer avec notre propre altérité.

Michela Marzano est chercheuse au CNRS. Elle travaille sur des thèmes liés à la manipulation. Elle signe sur le stand Sauramps son nouvel essai Visage de la peur* qui met en perspective la notion de peur et ses différents visages.

Avec Visages de la peur vous semblez poursuivre le sillon de votre essai précédent ?

« Extension du domaine de la manipulation évoquait la réduction de l’individu à une mécanique programmable. Et mettait en évidence que le langage du management a quitté les sphères du privé pour envahir celles du public et du politique. Avec ce livre, j’ai voulu mettre en perspective la notion de peur dans nos sociétés contemporaines. C’est le second volet d’une trilogie. Dont le troisième s’intitule Fascisme un encombrant retour ?

Comment expliquer que ce sont dans les pays les plus sûrs que les gens ont le plus peur ?

C’est un grand paradoxe de nos sociétés contemporaines. La raison qui pourrait l’expliquer est que nous sommes appelés par une idéologie poussée à l’extrême du contrôle. Dans le sens où il faut se contrôler et contrôler les autres. Le contrôle est devenu une mission clé à travers laquelle on peut montrer que l’on est un winner. Quelqu’un qui contrôle ses émotions, son humeur, son langage, ses relations, est quelqu’un capable de réussir sa vie. Et en même temps, il faut aussi pouvoir contrôler l’autre pour éviter tout ce qui échappe ou est inconnu. Dans ce mouvement d’autocontrôle et de contrôle de l’autre, le résultat c’est l’émergence de la peur. Et finalement indépendamment des raisons objectives la peur ne cesse d’augmenter parce que nous sommes dans la prétention d’arrivée à un contrôle total à une sécurité maximale et à un risque zéro.

La peur est aussi un instrument du pouvoir ?

Le pouvoir politique a toujours su, comme le montre Machiavel, qu’en contrôlant la peur des citoyens on devenait maître de leur âme. Ce qui est inquiétant, dans les sociétés démocratiques censées faire sortir les citoyens du contrôle par la peur, est que ce n’est pas du tout le cas aux Etats-Unis, en France en Italie où l’on développe des politiques sécuritaires.

Présenté comme un remède la construction sécuritaire n’est pas un moindre mal…

On assiste à un double mouvement. Celui d’une institutionnalisation de la peur et d’une instrumentalisation de la peur. Les deux étant parallèles et pouvant se répondre. Quand je parle d’institutionnalisation, en faisant référence à Robespierre, j’évoque le fait de gouverner par la terreur, d’imposer aux gens qui sont en état de paralysie. C’est la logique reprise par le terrorisme extrémiste avec les attentats et par le biais des vidéos d’égorgements. Le problème c’est que la réponse qui a été donnée par les Etats-Unis et un certain nombre d’Etats européens a été une forme d’instrumentalisation de la peur. Pour éviter le danger du terrorisme, on a fait passer des mesures liberticides qui nuisent gravement aux libertés individuelles.

Avec quelles incidences sur le pacte social ?

On retire aux citoyens des moyens de contrôle du pouvoir mais aussi beaucoup d’autonomie et de liberté. Et au nom de la peur, les citoyens acceptent un contrôle toujours plus grand de leurs actes, de leurs gestes, voire de leur pensée. Ce qui met en question l’existence même de la démocratie.

Il y a-t-il un antidote ?

La peur en tant que telle fait partie de la condition humaine. C’est illusoire de vouloir l’éradiquer. Nous sommes des êtres fragiles et nos peurs enfantines nous suivent souvent en grandissant. La question est de savoir que faire de nos peurs. On peut parvenir à les supprimer dans certains cas où à les comprimer. En acceptant d’avoir peur, on accède au lâcher prise qui permet de s’ouvrir aux possibilités et d’agir ».

Recueilli par Jean-Marie Dinh

Visage de la peur, 13 euros Editions Puf

Voir aussi : Rubrique Essai Alain Badiou Organiser une critique de la démocratie,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>