Maroc : Mort d’un journal

Le magazine marocain Nichane, version arabophone de l’hebdomadaire francophone TelQuel met la clé sous la porte. Il était devenu le premier hebdomadaire en langue arabe avec 20 000 exemplaires vendus mais il a vu chuter, en un an, ses recettes publicitaires de 77%. Le groupe TelQuel et son directeur, Ahmed  Benchemsi, dénonce un « étouffement financier » par le biais d’un « boycott publicitaire initié par le holding royal ONA/SNI ».

tel-quel1Les habitudes ont décidément la vie dure ! Au début du règne, le ton nouveau adopté par une partie de la presse ne déplaisait pas en haut lieu : il « collait » avec l’image que le Maroc souhaitait donner de lui-même, celle d’un pays en « transition démocratique ». Mais les journalistes ont fait bouger les lignes. Et le mahzen – l’entourage royal- a du mal à accepter qu’une partie du discours publique, à travers l’existence d’une presse à la fois indépendante et crédible, puisse échapper à son contrôle. Si les interdictions et les saisies sont devenues exceptionnelles, c’est sur le terrain de l’économie que se joue aujourd’hui la liberté de la presse au Maroc. La très grande proximité du monde de l’entreprise avec le palais et l’existence d’un holding royal, l’ONA/SNI, qui irrigue une bonne partie du secteur privé du royaume rendent cette arme particulièrement efficace. La plupart annonceurs potentiels sont des entreprises publiques ou des groupes privés proches du pouvoir, ce qui créée une dépendance de facto à leur égard de la quasi-totalité des publications marocaines. En outre, depuis quelques mois, apparaissent au Maroc de nouveaux journaux édités par des sociétés liées à des groupes détenus en partie au moins par le holding royal qui concurrencent les pionniers de la presse indépendante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>