Les erreurs d’Obama, vues par Allan Lichtman

Allan Lichtman

C'est déjà l'heure des premiers bilans à Washington. Le 19 janvier, Barack Obama pourra célébrer le premier anniversaire de son installation à la Maison Blanche. Nous sommes notamment allés interroger Allan Lichtman, professeur d'histoire politique à l'American University. Démocrate non conformiste, il faisait partie de tous ceux qui avaient placé d'immenses espoirs en Obama, et s'avoue aujourd'hui "déçu".

Que retenez vous de cette première année du président Obama?

J'ai été surpris et déçu. Je croyais qu'Obama avait le potentiel pour être un président de transformation de l'Amérique, comme Franklin Roosevelt ou Ronald Reagan. Comme Franklin Roosevelt, il a été élu à la fin d'une ère républicaine conservatrice, qui a commencé avec Reagan et s'est achevée avec W. Bush. Je pensais qu'il y avait là une occasion historique pour Obama. Mais cela ne s'est pas réalisé. A cause des erreurs de leadership qu'il a commises , mais aussi du contexte politique américain. La plus grande erreur d'Obama, je crois, est de ne pas avoir pris le contrôle du débat politique national. Il est notre président le plus charismatique depuis Ronald Reagan. Et il n'a pas utilisé son immense charisme pour mener le débat. Le meilleur exemple est la réforme de l'assurance maladie. Il était si soucieux d'éviter les erreurs de Bill Clinton qu'il a renvoyé le sujet au congrès. C'est une erreur énorme. On ne peut pas laisser le gouvernail aux 535 membres du Congrès. Le résultat est qu'il n'y a pas de message clair sur la santé. Les opposants ont pris la direction du débat. Une bonne partie de la population américaine associe maintenant la réforme à des coûts énormes, un contrôle gouvernemental, ou même des escadrons de la mort pour tuer les grand-mères... Tout cela est faux bien sûr, mais une fois le débat ainsi cadré, il est très difficile d'en sortir. Quand Obama a voulu le reprendre en main, il était trop tard. La même chose s'est produite avec le climat... On n'arrivera à rien de cette façon.

Il faut bien pourtant gagner le vote des sénateurs. Obama aurait-il pu s'y prendre autrement?

La question essentielle n'est pas le vote des sénateurs, mais la façon dont la réforme est présentée à l'opinion publique. Même si la loi sur la santé est adoptée, un nombre substantiel d'Américains s'y oppose maintenant. Ils ne comprennent pas un traître mot de cette loi.La seconde erreur commise par Obama a été de croire qu'il pourrait coopérer avec les républicains. S'il avait lu mon livre (White Protestant Nation: The Rise of the American Conservative Movement), il aurait su qu'on ne peut pas faire de compromis avec eux. Les Républicains ont un seul et unique objectif: le faire échouer. On ne peut pas être gentil avec l'opposition, de nos jours. Ils vous couperont la gorge. De toutes façons, un président américain n'a pas à être gentil. Si Franklin Roosevelt avait tenté d'apaiser les isolationnistes, il n'aurait pas gagné la guerre! Tout le cours de l'histoire mondiale aurait été différent.La troisième erreur de Barack Obama est la guerre en Afghanistan. Il aurait dû nous sortir d'Afghanistan. Le seul appui dont il dispose sur ce sujet, ce sont les républicains...

Tout de même, sur l'Afghanistan, on peut plaider qu'Obama a fait preuve de "leadership"...

Non. Ce n'est pas courageux que d'envoyer des troupes américains au champ de bataille. Tous les présidents l'ont fait. Ce qui serait courageux, c'est de quitter une guerre quand on n'y est pas obligé. Voilà qui serait plus rare: quel président a jamais abandonné une guerre sans y être forcé?

Comment expliquez-vous ces "erreurs" de Barack Obama? Manquait-il d'expérience des rouages de Washington?

C'est peut-être une partie du problème. Il avait peu d'expérience à Washington. Mais Abraham Lincoln aussi n'avait servi que deux ans au Sénat avant d'être élu président, contre quatre ans pour Barack Obama. Obama écoute trop les consultants, les sondeurs et tous les intermédiaires. Ou les généraux, qui sont formés pour tuer ou détruire. Il faudrait se débarrasser de tous les consultants politiques, qui ne font que vous tirer vers le bas. Ils suivent les sondages au jour le jour, et vous poussent toujours vers le plus petit dénominateur commun. Ils ne veulent pas que vous preniez des risques. Quand tu es aussi brillant que Barack Obama, pourquoi écouter tous ces gens qui ne font que te rabaisser? S'il y avait eu tous ces sondages et ces consultants à l'époque de Lincoln, nous aurions peut-être deux pays aujourd'hui. Lincoln aurait été paralysé. Les grands présidents ont toujours été audacieux. En 100 jours, Franklin Roosevelt avait fait adopter quinze lois par le congrès. S'il avait suivi la méthode Obama, il n'y en aurait pas eu une seule... Mais il faut reconnaître aussi que les circonstances historiques ne sont pas les mêmes.

Vous oubliez que Barack Obama a fait adopter, très vite, un énorme plan de relance...

Oui, mais c'était facile.Tout le monde voulait l'argent de la relance. A part cela, il n'a pas accompli grand chose durant cette première année. Même si la réforme de la santé est adoptée, on ne sait pas encore si la loi sera bonne ou non. Il faudra cinq ou dix ans pour en juger car beaucoup de ses dispositions n'entreront pas en vigueur avant plusieurs années.

N'est-ce pas plutôt que l'Amérique est devenue ingouvernable?

Oui, les circonstances sont particulièrement difficiles. D'abord à cause de cette règle des 60 voix au Sénat, pour éviter le filibuster. C'est devenu un énorme problème. Tout le débat sur la santé aurait été différent s'il suffisait de 50 voix au lieu de 60. On ne se soucierait pas de Joe Lieberman ou Ben Nelson, qui ont maintenant toute latitude pour démolir la loi. Ensuite, il y a le problème du partisanisme extrême, avec un parti républicain très dur qui n'a pour seul souci que de revenir au pouvoir. Nous n'avons plus ces républicains progressistes qu'on appelait Rockefeller Republicans, du nom du gouverneur de New York Nelson Rockefeller. Richard Nixon fut sans doute le dernier président progressiste que nous ayons eu. Avec le républicain Nixon, nous avons eu les lois de protection de l'environnement, des traités majeurs avec l'Union soviétique, la percée avec la Chine, une vaste extension du système de sécurité sociale et des avancées pour les droits civiques. Il a fait beaucoup plus que Jimmy Carter ou Bill Clinton. Mais ces républicains n'existent pratiquement plus, ils appartiennent à l'histoire.

Qu'en est-il de la promesse Obama de changer la façon dont on gouverne à Washington?

Il n'a rien fait. Et c'est le troisième élément qui rend les choses si difficiles: le pouvoir de l'argent et des lobbyistes. Obama est le président dont la campagne a été la plus coûteuse de tous les temps, et de loin. Jadis il suffisait de quelques dizaines de millions de dollars pour être un candidat crédible à la présidence. Il faut maintenant des centaines de millions. Même pour un poste local, cela vous coûtera maintenant 100 000 dollars pour se présenter à un county council. Des millions de dollars pour faire campagne pour un siège au Congrès, dans une circonscription disputée. Où trouver cet argent? A moins d'être vous-même très riche, il faut l'obtenir auprès de grands groupes d'intérêts. Et ce ne sont pas les hommes politiques qui profitent le plus de tout cet argent qui vont changer ce système.

Barack Obama semble très soucieux de sa place dans l'Histoire. Sur la base de cette première année, quelle pourrait-elle être?

Oui, il se soucie de son rôle dans l'histoire, comme tous les présidents. Mais il n'a pas fait grand chose encore pour devenir un président historique. Les grands présidents, qui ont marqué l'histoire, comme Abraham Lincoln, Theodore Roosevelt, Franklin Roosevelt ou Ronald Reagan, deux républicains et deux démocrates, étaient tous des audacieux. On n'admire pas les Jimmy Carter ou les William Harrison, les présidents du "milieu de la route", les pragmatiques.  S'il continue sur la même voie, Barack Obama sera vite oublié. Il sera peut-être réélu, comme Bill Clinton l'a été. Mais il n'entrera pas dans l'histoire comme un Ronald Reagan ou un Franklin Roosevelt, des présidents qui ont marqué leur époque.

Justement, vous avez élaboré un système de "clés" (The Keys to the White House, 1996), permettant de prédire l'élection des présidents américains. Que disent vos clés actuellement au sujet d'une réelection de Barack Obama?

Les clés disent qu'ils sera réélu. Car il est peu probable que l'économie reste dans le fossé jusqu'à l'élection. L'économie va sûrement repartir, et les républicains n'ont pas de candidat charismatique à opposer à Obama. Mais être réélu ne veut pas dire qu'il sera un grand président. Bill Clinton aussi a été réélu...

Vous êtes vraiment sévère, ce n'est qu'une première année...

Oui, je suis sévère. Et d'ailleurs Obama peut encore se reprendre. Il a encore trois ans, c'est beaucoup. Il est jeune, intelligent. Mais je crois qu'il devra changer de méthode. Peut-être aussi son second mandat sera différent, s'il n'a plus besoin de se soucier de sa réélection.

Recueillis par Lorraine Millot (blog)

Voir aussi : Revue de Presse Obama un an après

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>