Week end dans le monde Arabe

carte_monde_arabe_5921

Dans le monde arabe : L’opposition yéménite appelle à intensifier la contestation. A Bahrein, des manifestants réclament le départ du Premier ministre. Un nouveau ministre égyptien des Affaires étrangères a été nommé.

Juppé au Caire

Alain Juppé a effectué, ce dimanche, une visite au Caire pour assurer l’Egypte du soutien de la France pour réussir la transition. Pour le nouveau ministre des Affaires étrangères, ce déplacement, son premier depuis sa prise de fonctions, marque «l’engagement de la France face aux bouleversements extraordinaires» dans le monde arabe. Il a récusé les critiques contre le manque d’anticipation et de réactivité de Paris, assurant que «ces révolutions nous ont tous pris de court», chancelleries étrangères comme experts indépendants. «Il n’est pas exact de dire que nous avons pris trop de temps à réagir», insiste-t-il.

Juppé a estimé que l’Egypte était «un pays-clé pour l’avenir de tout le monde arabe» et qu’elle «donnait l’exemple, sans être exagérément optimiste, de ce que peut être un processus de libération maîtrisé». Tout en marquant sa prudence: «rien n’est gagné. Nous avons bien sûr confiance, mais le pire n’est pas exclu».

Le ministre a par ailleurs rencontré, près de la place Tahrir, haut lieu de la révolte, une dizaine de membres de la «coalition des jeunes de la révolution», dont des Frères musulmans. «Le dialogue que j’ai eu avec l’ensemble de cette délégation, et en particulier avec les membres des Frères musulmans, a été intéressant, et m’a permis de bien mesurer que la présentation qui est faite parfois de ce mouvement mérite d’être éclairée et approfondie», a-t-il déclaré.

Yémen: l’opposition appelle à intensifier la contestation

(Un manifestant anti-gouvernement à Sanaa, ce dimanche. Khaled Abdullah Ali Al Mahdi/Reuters)

L’opposition yéménite appelle, ce dimanche, à intensifier la contestation jusqu’à la démission du chef de l’Etat, après le refus par le président Ali Abdallah Saleh d’un départ anticipé.

Le président yéménite, au pouvoir depuis 32 ans, a rejeté samedi une proposition de l’opposition, à travers une médiation de dignitaires religieux pour son départ avant la fin de l’année, entendant rester à son poste jusqu’à la fin de son mandat en 2013.

La position du président «signifie sa mort politique, et la rue est à présent notre unique recours», a prévenu Mohammad al-Sabri, porte-parole de l’opposition parlementaire, appelant «le peuple à intensifier les sit-in et les manifestations dans toutes les régions». Le régime Saleh est contesté depuis fin janvier avec des manifestations à Sanaa, Taëz, Aden et dans le reste du pays.

A Bahrein, des manifestants réclament le départ du Premier ministre

(Un manifestant place de la Perle, à Manana le 1er mars. AFP/Joseph Eid)

Des milliers de manifestants se sont massés dimanche pour la première fois devant le siège du gouvernement à Bahreïn, exigeant la démission du Premier ministre, en poste depuis 1971. La foule agitait des drapeaux bahreïnis et scandait des slogans hostiles à la dynastie des Al-Khalifa, lignée sunnite qui règne depuis 200 ans sur ce royaume dont la population autochtone est en majorité chiite. Des forces de police ont pris position devant le palais où le gouvernement se réunit le dimanche.

Depuis trois semaines, des manifestations dans le centre de Manama exigent une plus grande participation populaire dans la gestion de ce royaume, qui occupe une position stratégique dans le Golfe. Les plus radicaux des manifestants demandent la fin de la dynastie des Al-Khalifa et le départ du roi, en dépit de récentes concessions, dont un remaniement ministériel le 26 février.

Un ministre des Affaires étrangères nommé en Egypte

Un nouveau ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil al-Arabi, a été nommé, selon l’agence Mena, dans le cadre de nominations destinées à remplacer au sein du gouvernement des proches du régime Moubarak. Il succède à Ahmad Aboul Gheit, personnalité importante sous le rais chassé du pouvoir. Un ministre de l’Intérieur a aussi été nommé après que des militants eurent pris d’assaut des bâtiments de la sécurité d’Etat à travers le pays pour récupérer ses dossiers. Il s’agit du général Mansour al-Issaoui. Son prédécesseur, Mahmoud Wagdi, avait été nommé par Moubarak une dizaine de jours avant sa démission sous la pression populaire.

Le nouveau Premier ministre Essam Charaf, nommé jeudi, doit annoncer dans les jours à venir la composition de son gouvernement.

AFP 06/03/11

Voir aussi : Rubrique Méditerranée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>