Printemps musical et éclectique au Jam

ethiopie

Mulatu Astatke : la fusion éthiopienne et occidentale

Concerts. Le Jam « sacre le printemps » du 12 mars au 1er  avril. Jazz, soul et musiques du monde se croisent dans un cocktail hyper explosif.

Le printemps saison de tous les tourbillons, moment où la culture bouillonnante se répand avec la lumière et parfois le devance. Parce que l’envie de respirer est si pressante. Chaque année à cette époque, le Jam participe à cette célébration. Créé il y a trente ans pour répondre aux besoins des collectifs de musiciens, le temple du jazz montpelliérain (350 à 400 places) est devenu la petite étape des grandes pointures.

Steve Coleman, John Abercrombie, David Murray, Mike Stern… pour ne citer qu’eux, portent le lieu dans leurs souvenirs. « Dans le milieu on se demande comment nous faisons pour accueillir des géants américains dans un lieu si petit, indique le directeur Jean Peiffer, c’est un état d’esprit et un travail de longue haleine. Quand nous souhaitons faire venir un musicien, on ne le lâche pas. Et une fois qu’il est venu une fois, on finit toujours par le revoir. » Au fil du temps le Jam, a bénéficié du bouche à oreille. L’ambiance club et la chaleur du public font le plus de ce lieu ouvert aux musiques du monde. « Le Jazz est une éponge musicale qui fait des allers retours avec toutes les formes de musiques. »

« Monter en puissance »
40% des 80 concerts annuels programmés au Jam le sont par des producteurs extérieurs comme Les Internationales de la Guitare ou l’incontournable producteur local Cosmic Groove dont les propositions détonantes ont rajeuni le public. La salle appartient à la ville de Montpellier. La structure abrite aussi une école régionale de jazz et de musiques actuelles fréquentée par 200 élèves, qui dispense des formations diplômantes. Pour cette double activité, elle bénéficie du soutien de l’Etat et de l’ensemble des collectivités locales. A l’occasion de la présentation de la 10e  édition du « Jam sacre le Printemps »,  le président Jean-François Fontana, est revenu sur la singularité du lieu comme sur sa « fragilité financière ». Le budget global est de 500 000 euros autofinancé à 75%. Aujourd’hui, le Jam souhaite, selon les mots de son président, « monter en puissance ». Mais la jauge de la salle ne le permet pas. Ce qui le pousse à chercher une salle d’une capacité de 1 500 à 2 000 personnes pour son festival printanier.

Le 10e  sacre du printemps
Du 12 mars au 1er avril 2011, le dixième  sacre du printemps du Jam s’annonce particulièrement alléchant avec notamment, Antonio Rivas, alias « le jardinier colombien » qui chante pour les fleurs qu’il a rencontrées, le batteur monstre Jeff « Tain » Watts, et l’insurrection afro beat de SoulJazz Orchestra et de Kokolo.

La programmation éclectique et atypique débute ce samedi par un concert de  l’éthiopien Mulatu Astatke qui avait enflammé le Théâtre de la mer il y a trois ans. Un flegmatique cocktail de touches traditionnelles abyssiniennes et de groove éthiopien et occidental, absolument envoûtant. A ne pas manquer aussi, le concert Uri Caine quartet, cosmopolite à souhait avec Nguyen Le à la guitare, Reggie Washington à la basse et Cornell Rochester à la batterie. Issu de la scène juive new-yorkaise Uri Caine est un pianiste fou qui mélange toutes les cultures et tous les registres : classique, jazz, blues, musique contemporaine, funk,  pour nourrir ses improvisations décalées. Le Jam l’a bien compris, à Montpellier, la première saison de l’année ne connaît pas de limite…

Jean-Marie Dinh

Le Jam, 100 rue Ferdinand de Lesseps à Montpellier. Rens et résa : 04 67 58 30 30
le 12 mars Mulatu Astatke : la fusion éthiopienne et occidentale.

Voir aussi : Rubrique Musique, éthiopique et fauve soirée, rubrique Montpellier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>