Anise Koltz, dans l’insurrection du verbe

Tu voudrais connaître la source
d’où jaillissent mes poèmes

Il n’y a qu’un cratère
parsemé de cailloux

Un œil d’ange déchu
au regard béant
veille nuit et jour

Celui qui s’approche
est dévoré tout cru

Seuls les cheveux seront recrachés

in Le porteur d’ombre. © Phi. Luxembourg, 2001

Anise Koltz

Anise Koltz

Âpreté des mots, violence des images, liberté du ton, concision de la forme, le lecteur est saisi, happé, malmené mais jamais indifférent.

Mon poème est une bête de sacrifice
à fourrure noire

De sa gorge incisée
gicle le sang
dont j’enduis le linteau de ma porte
pour écarter tes malédictions

in L’Avaleur de feu © Phi, 2003, p.28

 

 

6a00d8345167db69e20153927ba48e970b-150wiJe n’aime pas les poèmes lâches
qui se bandent les yeux

J’aime ceux
qui éclatent dans vos bouches
qui grincent entre vos dents

……………………………………

Ou ceux couchés au soleil
avec les chats
s’étirant et ronronnant

ibid p.30

 

J’aime la poésie française contemporaine qui s’écrit
sur les différents continents parce qu’elle est écrite
autant avec la tête qu’avec le ventre.

La solidarité avec tous ceux qui s’opposent,
tel est le sens de mon engagement en poésie.

Et, si la poésie ne peut changer le monde,
elle aide à vivre.

écrit-elle dans Poésies de langue française, anthologie présentée chez Seghers, en 2008, par Stéphane Bataillon, Sylvestre Clancier et Bruno Doucey.

Source : La Pierre et le Sel

Voir aussi : rubrique Livre, Littérature, Poésie rubrique, Lecture, rubrique Edition,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>