L’exaltation littéraire avec Chloé Delaume

Chloé Delaume Les sorcières de la République au Seuil

Chloé Delaume Les sorcières de la République au Seuil

Roman
L’écrivain performeuse Chloé Delaume est à Béziers ce dimanche pour évoquer son dernier roman « Les sorcières de la République ». Actuel, créatif et féroce, l’ouvrage paru au Seuil compte parmi les grandes gourmandises de la rentrée littéraire.

C’est au peuple de France que l’auteure s’adresse pour juger la Sibylle, icône de la liberté féminine, sacrée Marianne en 2017. « Le jour du réquisitoire est enfin arrivé. Les enfants de la Patrie contre la Tyrannie. L’État contre le Parti du Cercle, les civils contre la Sibylle. Celle qui a planifié la chute de la Ve République, égorgé sa Constitution, exécuté notre mémoire. »

Nous sommes au tribunal de Paris en 2062. Quarante cinq ans plus tôt, les citoyens victimes du marasme sociétal et économique, de la gestion calamiteuse du pays par François Hollande, de la conversion des socialistes au libéralisme de l’ineptie générale de la sphère politique… votent pour un changement profond.

Les élections présidentielle de 2017 voient la percée du parti du Cercle, une organisation radicalement antiphallocratique qui exige que les pouvoirs soient tous rendus aux femmes et les sources de leur oppression neutralisées. Ce changement radical s’opère avec la complicité des déesses de l’Olympe qui dissertent savoureusement entre elles sur la situation contemporaine.

Mais cette vivifiante expérience ne dure guère. En 2020, une amnésie collective est votée par référendum et l’égalité comme principe primitif regagne son placard pour faire place au retour du consumérisme existentiel à la papa. Le roman reconstruit se vide en remontant aux origines.

  L’invocation de Lilith. Photo dr

L’invocation de Lilith. Photo dr

Pièces à conviction
Le procès de la Sibylle donne l’occasion d’exhumer quelques correspondances électroniques. Comme cette pièce à conviction entre l’hellénique déesse chasseuse Artémis  et JC (Jésus Christ) :

« Je  sais pas comment tu fais pour leur trouver des qualités, à ces humains. En plus ils ne s’arrangent pas, avec les millénaires. Et pourtant t’arrives  à tout leur pardonner. Pardonner, moi, je sais pas faire. »

Le procès remet également en lumière l’existence de Lilith, première femme créée avant l’enjôleuse et docile Eve et « première victime du complot déisto-phallocratique », tout comme il ranime l’épisode égaré par l’histoire du grand commencement, de la genèse, de Gaïa, la déesse primitive « qui sut spontanément qu’elle se pouvait nombreuse

Sibylle, qui ne regrette rien, assume ses actes. Elle assure elle-même sa défense en apportant des éléments de compréhension sur la prise de pouvoir ;

« Il fallait un pays où la foi fût une blessure, la déception une habitude, la notion d’avenir une boutade. Un pays en attente d’un miracle politique, qui était prêt à croire en la magie du Dire, c’est faire. »

L’humour grinçant de Chloé Delaume fait mouche avec ce roman qui use avec exigence de plusieurs registres de langage et alterne les modes narratifs. L’auteure pousse les murs de la littérature et du temps, un roman d’exofiction certes, mais qui se garde de toute facilité.

Ainsi la passionnante et édifiante histoire des sorcières se transforme en un système de pouvoir où la sorcellerie démocratique accède au statut d’intérêt public. La mythologie se projette dans le futur pour explorer le présent, et la Thégonie d’Hésiode se meut en chant poétique du XXIe siècle.

Dans cette mise en scène drôle et sérieuse, Delaume joue cruellement avec l’inconscient collectif national. Son idée d’un référendum décrétant l’amnésie générale résonne comme si Les Sorcières de la République augurait d’un présage dont il allait falloir bientôt venir à bout.

« Toujours, reste fier. Oui sois fier, peuple de France. Toi qui dois suivre son procès puisque tu vas devoir voter. Sois fier et attentif. Sois conscient que tu participes, désormais, à ta propre histoire

Jean-Marie Dinh

Rencontre avec Chloé Delaume aux Chapiteaux dimanche à 15h

 


Alienare: fiction littéraire animée

logo-alienareOn peut découvrir une autre facette de Chloé Delaume avec le récit numérique Alienare. Une oeuvre réalisée en collaboration avec l’illustrateur et auteur de film d’animation Franck Dion. Cette fiction, entre littérature et cinéma nous plonge dans un univers post-apocalyptique aux couleurs froides. L’ergonomie est pensée pour une immersion totale grâce à des animations naturellement intégrées au récit. C’est la seconde œuvre littéraire purement numérique parue au Seuil.

L’action a lieu au XXIe siècle sur terre. L’humain est optimisé mais la matrice du monde se détraque. Sept individus sont envoyés en mission dans une zone blanche, non cartographiée. Trois femmes et quatre hommes aux capacités étonnantes. Ils forment un groupe d’élite censé répondre à toutes les situations. Ils n’ont pas choisi de travailler ensemble mais devront faire équipe pour rester en vie. Leur mission, tenue secrète?: détruire l’unité centrale avant qu’il ne soit trop tard. Nom de code: Alienare.

Voir aussi : Rubrique Livre, Littérature française,

 

Une réflexion au sujet de « L’exaltation littéraire avec Chloé Delaume »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>