Une erreur informatique fait plonger les Bourses japonaises

Photo Reuter.

Photo Reuter.

La société de courtage Deutsche Securities a reconnu ce mercredi avoir émis la veille, par mégarde, un ordre de vente pour un montant de 16.700 milliards de yens (150 milliards d’euros) à la Bourse japonaise d’Osaka, une erreur qui a provoqué une baisse des marchés japonais. Cette filiale de la banque allemande Deutsche Bank a lancé sans le vouloir mardi, juste après l’ouverture de la Bourse d’Osaka, une instruction de cession de près de 6 millions de contrats à terme.

«Il y a eu une erreur informatique dans notre système automatique et un ordre de vente a été envoyé de façon répétée», a expliqué Aston Bridgman, un porte-parole de Deutsche Bank. Le volume immense des offres cumulées a représenté dix fois le montant moyen des échanges quotidiens à la Bourse d’Osaka, la deuxième du pays. Atteint par répercussion, l’indice Nikkei 225 des valeurs à terme de la Bourse de Tokyo a perdu 110 points lors de la prise en compte de cet ordre, soit plus de 1%.

Les gendarmes des Bourses japonaises ont ouvert une enquête. «Dès que l’erreur a été identifiée, nous avons immédiatement annulé l’ordre pour 99,7% du montant de l’opération. Nous cherchons actuellement les raisons du problème du logiciel», a précisé Bridgman. Finalement, 55 milliards de yens (500 millions d’euros) de contrats seulement ont été effectivement vendus. La banque a procédé à cette opération en son nom propre, et pas pour le compte de clients.

Il y a un mois, la Bourse de New York avait émis l’hypothèse d’une possible erreur humaine, après le brusque décrochage, d’une ampleur historique. Vingt minutes, montre en main, de chute vertigineuse dans un contexte boursier déjà tendu suite à la faillite grecque et à celle de l’euro en général.

Conséquence directe de ce bug inattendu, des centaines de milliers d’ordres de vente ont été passés sans aucune raison, et les valeurs du Nasdaq et du New York Stock Exchange ont durement accusé le coup. Première touchée, l’action de Procter & Gamble, bien sûr, qui a dégringolé sans prévenir de 37% avant de finir en baisse à 2,3%. L’indice des trente plus grandes valeurs américaines s’est ensuite repris pour finir en recul de 347,80 points (-3,20%).

Cette nouvelle affaire met en tout cas au jour la fragilité d’un marché dont les transactions sont gérées à vitesse grand V par des outils informatiques complexes de trading, qui autorisent une spéculation plus rapide que l’éclair. Une réalité qui fait peser sur les courtiers une pression d’autant plus forte.

AFP

Voir aussi : rubrique Finance Le grand Krach automatique, la City zen, Sous pression L’UE, répond aux marchés,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>