L’élection avec un seul candidat affaiblit l’Afghanistan

Hamid Karzai

Hamid Karzai

Des observateurs ont indiqué que l’élection présidentielle en Afghanistan avec le président Hamid Karzai comme le seul candidat en lice affaiblirait le pays, après que l’adversaire de Karzai, Abdullah Abdullah, eut annoncé son retrait de la course dimanche. « L’Afghanistan aurait un gouvernement faible et inefficace si le deuxième tour de l’élection se tient avec un seul candidat », a affirmé à l’agence Xinhua l’analyste politique et activiste des droits de l’homme, Qasim Akhgar. Selon les résulats du vote du 20 août marqué par des fraudes, M. Abdullah a gagné 28% de voix, contre 54% pour le président sortant Karzai. Il a déclaré refuser de reconnaître ces résultats  à moins que les plaintes ne soient examinées. La Commission des plaintes de l’élection (ECC) a invalidé les résulats dans 210 bureaux de vote, sur un total de 27.000, et a accordé 50% de voix à Karazai. Elle a aussi exigé que la Commission électorale indépendante, organe chargée d’organiser les élections, de tenir un second tour le 7 novembre entre Karzai et Abdoullah.

Saluant cette position de l’ECC, M. Abdullah toutefois pose des conditions avant le deuxième vote, à savoir, la destitution du membre de la Commission électorale Azizullah Ludin et la suspension de trois ministres (Intérieur, Education et Frontrières) . Cette demande a été rejetée par le président Karzai, qui a déclaré que ces officiels n’avaient rien fait d’illégal. Pour M. Abdullah, « puisque la Commission électorale n’est pas un organe indépendant, nous ne pouvons pas nous attendra à des résultats justes ». Selon lui, il y aura davantage de fraudes dans le second tour que le premier. « J’ai donc décidé de ne pas y participer », a-t-il déclaré lors d’un rassemblement de ses partisans.

Un autre analyste, Wahid Mujda, a indiqué que la tenue d’une second tour avec un seul candidat semble plutôt un référendum qu’une élection. « Sans doute, si Karzai est le seul candidat en lice lors du second tour, la légitimité de son gouvernement serait mise en cause et les problèmes du pays, notamment celui de la sécurité, pourrait augmenter », a dit à l’agence Xinhua M. Mujda. Il a fait cette remarque en commentant la déclaration de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, selon laquelle le retrait de M. Abdullah ne rendrait pas illégitime le second tour de l’élection. Il a souligné que le soutien intérieur est crucial pour un gouvernement. « Il est essentiel que l’élection soit tenue entre deux candidats et le gagnant forme un gouvernement légitime », a indiqué l’analyste. Pour l’observateur local Nazari Pariani, si Karzai reste au pouvoir à travers une élection ayant un seul candidat, les problèmes de sécurité pourraient se multiplier, l’Afghanistan serait isolé et la contribution de la communauté internationale au processus de la reconstruction serait affectée.

Agence Xinhua

Afghanistan: Abdullah juge Karzaï illégitime et sa réélection illégale

Trois jours après s’être retiré du second tour de la présidentielle, Abdullah Abdullah a jugé mercredi illégitime et illégale la réélection de Hamid Karzaï à la tête de l’Afghanistan, au risque de prolonger la crise politique qui paralyse le pays depuis plus de deux mois. L’ancien ministre afghan des Affaires étrangères avait justifié son retrait par la crainte de voir se répéter les fraudes massives qui avaient entaché le premier tour. Mercredi, il a fustigé la réélection de M. Karzaï, décidée par la Commission indépendante électorale (IEC). « Cette décision n’a pas de base légale et un gouvernement qui prend le pouvoir sur la base d’une décision d’une telle commission ne peut pas avoir de légitimité« , a-t-il déclaré lors de sa première allocution publique depuis l’annonce du résultat.

L’IEC, chargée d’organiser le scrutin et proclamer les résultats, est au coeur du scandale qui a provoqué l’annulation pour fraude d’un quart des bulletins de vote du premier tour, très majoritairement favorables à M. Karzaï. M. Abdullah a réitéré ses accusations contre l’IEC, l’accusant d’ »incompétence » et de « parti pris » en faveur de M. Karzaï, qui en a nommé le chef, Azizullah Ludin, un de ses anciens conseillers. La semaine dernière, M. Abdullah avait demandé le renvoi de M. Ludin, la suspension de trois ministres ayant fait campagne pour son adversaire et la fermeture des bureaux de vote « fantômes », qui n’avaient pas ouvert le 20 août mais avaient rendu des urnes pleines de bulletins. L’IEC comme M. Karzaï avaient rejeté ces demandes.

« C’est exactement la même commission qui a annoncé la nomination du président », a souligné M. Abdullah. « Un gouvernement qui arrive au pouvoir sans le soutien de la population ne peut pas combattre des phénomènes comme les menaces terroristes, le chômage, la pauvreté et des centaines d’autres problèmes ». En dénonçant l’illégitimité de M. Karzaï, il tourne le dos à l’appel lancé par la communauté internationale à un gouvernement d’union nationale.

Mardi, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon avait demandé au président Karzaï de travailler avec tous les candidats à la présidentielle. Mais M. Abdullah, dont la campagne dynamique avait conforté le statut d’opposant numéro un, ne voit aucun intérêt à participer à une coalition avec son adversaire. « Un tel gouvernement, qui manque de légitimité, ne peut pas combattre la corruption« , a-t-il dit, alors qu’Hamid Karzaï avait promis mardi de s’attaquer à ce fléau, qui irrite de plus en plus les Occidentaux.

L’administration américaine discute avec l’équipe Karzaï un pacte censé garantir qu’elle s’attaquera de front à la corruption, a dit la Maison Blanche mardi. En dépit des conditions déplorables de sa réélection, le président, installé à la tête du pays fin 2001 par les puissances occidentales dont les troupes venaient de chasser les talibans du pouvoir, a reçu les félicitations de la communauté internationale, la Maison Blanche le considérant comme « le dirigeant légitime » du pays. L’imbroglio électoral afghan place toutefois Barack Obama devant un redoutable dilemme alors qu’il achève le réexamen de la stratégie afghane, avant de décider s’il accède à la demande du chef des forces internationales sur le terrain, le général Stanley McChrystal. Celui-ci réclamerait plus de 40.000 hommes supplémentaires, en plus des 100.000 soldats étrangers déjà sur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>