Avis de haine sur Moscou et les grandes villes

russie_xenophobie

Moscou, la journée du 15 décembre, qui s’annonçait comme celle des affrontements inter-ethniques, des manifestations et contre-manifestations s’est déroulée sans trop de dégâts. Parfois, on en arrive à se réjouir de choses qui ont au fond un goût très amer. L’impressionnant déploiement de forces de sécurité, avec des cordons de plusieurs centaines d’agents des forces anti-émeutes devant la gare de Kiev, sur la place de Smolensk, les forces du ministère de l’Intérieur qui bloquaient les accès à la Place Rouge, tout cela a sans doute permis d’éviter batailles rangées et échauffourées. Les administrations concernées avaient toutes les informations nécessaires sur les lieux où la tension était à son comble, mais le sentiment que Moscou et la Russie dans son ensemble ont réussi à échapper à la catastrophe n’est pas au rendez-vous, et il ne peut pas l’être. Car rien n’est terminé

La peur des émeutes et des agressions dans les cours d’immeubles, sous les porches, dans le métro et aux arrêts de bus ou de tram est devenue, ces derniers jours, une composante de la vie quotidienne dans la capitale, et vraisemblablement aussi dans les autres villes du pays. Mais on ne voit pas comment inverser la tendance. Il ne s’agit pas d’une guerre. Il ne s’agit pas d’un procès politique opposant des personnes ou des partis en fonction de règles du jeu. D’ailleurs, ce n’est pas un jeu. C’est un état, dans lequel la société s’est installé profondément et pour longtemps semble-t-il. Certains pourraient vouloir en retirer des bénéfices, et nombreux sont ceux, des deux côtés des barricades d’ailleurs, à pointer le lien entre les événements actuels et le démarrage d’un nouveau cycle électoral. Il est cependant difficile d’escompter qu’une fois les bénéfices engrangés, les choses rentreront dans l’ordre.

Ni Sergueï Sobianine, le maire de Moscou, ni le président Medvedev n’ont trouvé le moindre mot à adresser à la population. Peut-être estiment-ils , malgré le sentiment général d’extrême gravité des événements, que les émeutiers vont juste se défouler un bon coup et disparaître ? A moins qu’ils n’aient rien à nous dire ? Le problème est qu’il n’existe pas de recette pour amener les parties en présence à engager un dialogue. Il n’y a pas de tiers susceptible de se poser en arbitre accepté par tout le monde. Drôle d’histoire : une instruction a bien été ouverte, le Parquet, les tribunaux fonctionnent, les lois servant à protéger l’ordre public sont écrites noir sur blanc, mais personne n’y croit. Et l’ordre fond à vue d’œil. D’aucuns suggère d’instaurer le régime de la “tolérance zéro” à l’égard des “personnes de nationalité caucasienne” : il s’agirait de toujours les condamner à la peine maximale prévue par la loi. Juridiquement, ces suggestions ségrégationnistes sont inapplicables. Et quant bien même on les décrèterait  officieusement, cela ne pourrait justement pas restaurer la confiance en la Justice chez ceux qui sont déjà convaincus que le système actuel ne veut pas et ne peut pas assurer la justice.

Dans ces conditions, alors que la tension est extrême, que doivent dire nos dirigeants pour que la population se mette à accorder sa confiance à la loi et au droit ? On nous ressert toujours les mêmes complots extrémistes ou les manœuvres politiques d’aventuristes de droite comme de gauche. Cette fois, il faut des slogans révolutionnaires, qui s’appuient sur un plan d’action tout aussi révolutionnaire. La purge complète des services spéciaux et du maintien de l’ordre, l’élection des chefs de la police, le transfért de certaines prérogatives de répression aux collectivités locales… Mais le président Medvedev nous a déjà répété qu’il n’y aurait pas de révolution.  Cela signifie que l’état dans lequel notre société est désormais enlisée jusqu’au cou, n’est pas près de changer. Le niveau de haine des divers segments de population les uns envers les autres, et la méfiance vis à vis de l’Etat en tant qu’arbitre, vont façonner l’atmosphère générale jusqu’à ce que l’élite ait pris sa décision concernant 2012 [la prochaine présidentielle - qui de Poutine ou de Medvedev pour le mandat ?] et même au-délà. Nous allons devoir nous habituer à vivre dans cette ambiance, y compris la nuit dans les ruelles sombres. A moins d’un tour de magie, susceptible de faire disparaître la haine et l’intolérance. Or, ce tour-là pourrait n’avoir rien d’inédit. On l’a vu au cours de l’Histoire, c’est dans ce genre d’atmosphère que les habiles manipulateurs politiques exploitent la peur de la menace fasciste (et de la criminalité ethnique) pour serrer les vis qui n’auraient pas encore été bloquées à fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>