L’OTAN discute d’une nouvelle stratégie

otan

Les membres de l’OTAN se sont entendus jeudi, lors d’une réunion à Bruxelles, sur un projet de nouvelle stratégie militaire. Celui-ci jette aussi les bases d’un futur bouclier antimissile européen. Cette nouvelle stratégie est nécessaire mais elle génère de nouveaux conflits au sein de l’alliance de défense, estiment les commentateurs.

Der Standard – Autriche

La nouvelle stratégie de l’OTAN se base sur un large programme de coupes budgétaires et génère ainsi des divergences entre l’Europe et les Etats-Unis, estime le quotidien libéral Der Standard : « Onze ans après l’adoption de la stratégie de sécurité, l’OTAN s’attèle à revoir fondamentalement ces concepts. … Une fois encore, elle le fait moins à partir d’une position de force que sous la contrainte. … Les gouvernements sont soumis au poids considérable de la rigueur. Londres et Berlin vont à eux seuls réaliser des coupes de plusieurs milliards dans le domaine militaire. Un approvisionnement commun, des troupes partagées devraient faciliter ce processus. Les Etats-Unis mettent en garde contre des coupes trop importantes et font pression pour la mise en œuvre commune d’un bouclier antimissile pour toute l’Europe, afin de prévenir de possibles attaques de l’Iran. Les Américains demandent également aux Européens d’être plus ambitieux dans la lutte contre le terrorisme. De nombreux Européens ont du mal sur ce point. On dissimulera les différences par de jolis compromis. Les Etats-Unis continueront si nécessaire à agir seuls dans ce domaine. » (15.10.2010)

Frankfurter Rundschau – Allemagne

L’OTAN fait bien de ne pas surestimer l’importance de sa nouvelle stratégie, écrit le quotidien de centre-gauche Frankfurter Rundschau : « De tels documents peuvent difficilement servir de ligne d’instruction pour une période prolongée. Le monde change trop vite pour cela. Actuellement, les relations avec la Russie sont par exemple relativement détendues, mais les choses n’en resteront pas là. Le document oublie complètement le défi majeur de notre époque, à savoir la Chine. Et bien que les membres de l’OTAN s’apprécient mutuellement, on ne doit pas oublier que ça fait longtemps qu’ils ont atteint leurs limites en Afghanistan. S’ils devaient ne pas sortir indemnes de cette guerre, de nouveaux doutes intrinsèques se répandront dans l’Alliance. Aucun concept stratégique ne pourra remédier à cela. » (15.10.2010)

Jyllands-Posten – Danemark

Le Danemark doit soutenir les projets de l’OTAN pour la mise en place d’une défense antimissile européenne et convaincre pour cela une France encore hésitante, estime le quotidien libéral de droite Jyllands-Posten : « Il est certain qu’une telle évolution est dans l’intérêt de tous les pays européens, et il est logique que le Danemark la soutienne. Le problème, c’est que la France doit comprendre qu’elle a aussi un intérêt et une responsabilité dans une défense antimissile européenne commune. Avancer que le budget français est un budget de rigueur, comme celui de tous les autres pays après la crise financière, constitue une mauvaise excuse pour retarder une évolution absolument nécessaire et réduire les dépenses de défense. Suite aux menaces terroristes et au nombre croissant de puissances nucléaires, il n’y a pas moyen de passer outre les décisions et les coûts qui permettront à l’OTAN de rester un garant de la sécurité. » (15.10.2010)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>